• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

La prison de Lutterbach ouvrira bien en 2021

Jean-Jacques Urvoas le 14 novembre à Strasbourg / © MaxPPP
Jean-Jacques Urvoas le 14 novembre à Strasbourg / © MaxPPP

Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, de passage dans la région pendant deux jours, a annoncé ce matin que le centre pénitentiaire de Lutterbach ouvrira en 2021.

Par M.C. avec AFP

"Les marchés publics seront passés en 2017, les travaux commenceront en 2018 et l’inauguration de ce centre se fera en 2021" a confirmé le Ministre ce matin lors de sa visite à Mulhouse.

Radicalisation des jeunes: les solutions sont "encore loin"


Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a également abordé la prise en charge des mineurs et jeunes adultes radicalisés qui doit être, selon lui, "reprise en main" par les institutions judiciaires.
L'expérimentation menée depuis un an à Mulhouse qui associe associations et autorité judiciaire va dans ce sens.
Elle affiche, selon lui,  un bilan "largement positif" et devrait être étendue à d'autres départements. 

Les explications de notre journaliste Stéphane Gaudry :

Direct midi Stéphane Gaudry
Direct midi Stéphane Gaudry : visite du Ministre de la Justice à Mulhouse - France 3 Alsace  - Un reportage de Stéphane Gaudry et Vincent Roy. ITW : Jean-Jacques Urvoas Ministre de la Justice

Hier, lors d'une visite à Strasbourg dans un service territorial éducatif en milieu ouvert (Stemo), structure de jour de la Protection judiciaire de la Jeunesse, M Urvoas avait déclaré que face à la radicalisation des jeunes, "nous sommes à la recherche de solutions, nous en sommes encore loin".

Evoquant "des difficultés qui sont lourdes", le ministre avait rappelé que "la radicalisation des mineurs est un sujet sur lequel nous sommes très tâtonnants". "C'est un enjeu nouveau. Nous voulons expérimenter ce qui a pu déjà être imaginé", avait'il rajouté.
A l'issue d'un bref échange avec des jeunes suivis pour radicalisation, M. Urvoas avait salué la démarche "avant-gardiste" de la structure strasbourgeoise où agents de la protection de la Jeunesse, de l'Education nationale, éducateurs, pédopsychiatres, acteurs associatifs travaillent "en lien" dans la prise en charge.

Interrogé sur l'efficacité de ces prises en charge, le ministre avait dit: "Nous avons des exemples qui (...) rendent optimistes et des contre-exemples qui montrent que nous n'avons pas encore atteint des choses qui relèveraient de la normalisation." Observant "des tentations, des faits (...) et une volonté de partir" chez les jeunes, le Garde des Sceaux avait qualifié de "nécessaire qu'il y ait une réponse publique". 
Sur les moyens de lutte contre la radicalisation des jeunes, il a préféré "parler de désengagement de la violence" plutôt que de "déradicalisation". 

En octobre, environ 15.000 personnes étaient recensées en France comme radicalisées par le ministère de l'Intérieur, chiffre qui correspond aux personnes inscrites au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). 
Parmi ces personnes, à la mi-septembre, 1.954 mineurs étaient inscrits à ce fichier (18% du total) dont une majorité de femmes.

Sur le même sujet

Interview de Grégoire scout d'Europe. Bréménil

Les + Lus