Le Grand Pardon dans la course au classement Unesco

Publié le Mis à jour le
Écrit par IG

Le Grand Pardon est candidat au classement au patrimoine immatériel de l'humanité. L'événement chaumontais vient de recevoir le soutien officiel de la France.

Et si, comme les fest-noz de Bretagne ou les chants polyphoniques de Corse, le Grand Pardon était classé au patrimoine historique immatériel de l'humanité ? Plusieurs personnes réunies en une association veulent y croire.

Un épais dossier a été monté, puis étudié en début de semaine devant la commission France. Celle-ci a accordé son soutien à la candidature du Grand Pardon. Il s'agit d'une première étape obligatoire pour continuer l'aventure.

"C'est beaucoup de joie et de fierté pour tous les Chaumontais qui sont très attachés à cette fête du Grand Pardon qui existe depuis plus de 500 ans, a réagi Gérard Bocquillon, adjoint en charge de la culture à la mairie de Chaumont.
 

D'autres étapes à franchir

"La volonté de l'Unesco, ajoute Gérard Bocquillon, c'est de sauvegarder des événements très anciens, très ancrés et que les populations souhaitent perdurer. Le Grand Pardon est à l'origine religieux mais il est devenu également profane."

Une délégation du ministère de la Culture va se rendre prochainement à Chaumont pour aider l'association à préparer sa candidature et monter un deuxième dossier, bien plus épais, et franchir peu à peu les étapes. Car chaque candidature à l'Unesco s'apparente à un véritable chemin de croix. Dans le meilleur des cas, il faudrait au moins trois ans pour que ce rêve devienne réalité.
  

Qu'est-ce que le Grand Pardon ?


C'est une tradition qui se perpétue depuis plus de 500 ans à Chaumont en Haute-Marne. En vertu d'une bulle papale de 1475, lorsque la Saint-Jean-Baptiste tombe un dimanche, celle ou celui qui se rendra à la Basilique Saint-Jean-Baptiste de Chaumont sera lavé(e) tous ses pêchés.