INSOLITE. Chaumont : des mandibules géantes dans la ville

Publié le Mis à jour le
Écrit par Tristan Vyncke

Employé de la ville de Chaumont, David Balva est également un artiste sculpteur autodidacte. Il réalise d'impressionnantes créations qui, disséminées au fur et à mesure partout dans la ville, donne le sourire aux habitants comme à son créateur.

Une mante religieuse de 3m20 de hauteur sur 3m50 de largeur, avec des pinces plus vraies que nature, à faire frémir un entomophobe (phobie des insectes), c'est la dernière création qui envahira bientôt le square du Boulingrin à Chaumont. Une fantaisie tout droit sorti du local technique de la ville, mais surtout de l'imagination de David Balva ! 

Voilà 15 ans que ce Chaumontais d'origine a rejoint les services municipaux, après des expériences de tatoueur ou de bûcheron. Et depuis "5 ou 6 ans" il peut mettre sa créativité au service de son travail, en réalisant de ses propres mains des décors pour la ville. 

"Je dessine depuis tout petit" répond David quand on lui demande comment tout cela a commencé. "Je n’ai jamais arrêté. Naturellement, on essaie un peu la peinture, la sculpture, puis le modelage... Je faisais ça pour mon plaisir et un jour, on m'a fait confiance pour contribuer aux décors de la ville, et c'est devenu régulier" 

"On voit le regard des gens changer"

Désormais, David se consacre à ses œuvres. "Tous les hivers, quand on terminé de ramasser les feuilles, jusqu'à ce qu'on se remette à tondre, de décembre à mars en gros." Il réalise ainsi deux à trois sculptures par an qui viennent ensuite égayer différents sites de Chaumont. Un service de décoration local et original pour cette petite ville de 22.000 habitants, mais également écologique ! Cela permet en effet de continuer à embellir la ville tout en remplissant l'objectif "zéro phyto pour les espaces verts". De plus, le sculpteur n'utilise que des matériaux de récupération, que ce soit les quelques morceaux de ferraille, ou le bois, "issu d'arbres abattus par les services d'élagage pour des raisons sanitaires".

On compte donc une douzaine de créations de l'artiste local, installées à travers la ville pour le plus grand plaisir des habitants ! En effet, David ne s'en cache pas, les retours sont globalement bons, voire très bons ! "Avant, en décors, il n'y avait pas grand-chose, il faut dire ce qui est. C’est quelque chose qu’on est en train de développer, en équipe, ce n'est pas que moi ! Et on s’aperçoit que ça plaît beaucoup aux gens qui en redemandent". L'employé communal constate même un changement de mentalité : "Aujourd'hui, on n'entend plus les "fainéants d'employés municipaux", au contraire les gens prennent du temps pour venir nous saluer et nous féliciter. C'est gratifiant."

Un talent bien guidé 

Si l'engouement des habitants pour le sculpteur attitré de Chaumont est certain, l'artiste se plaît lui aussi dans ce rôle, et se sert de sa casquette d'employé municipal pour ses créations. "Par le biais de collègues d’autres services, j'apprends de nouvelles compétences, je vais vers les autres pour demander un coup de main, une technique... Par exemple, pour la mante religieuse, on m'a aidé pour la soudure. C’est l’avantage qu’on est à la ville, il y a un peu tous les corps de métier au centre technique."


À 46 ans, ce papa artiste trouve ses inspirations dans l'univers de sa petite fille de neuf ans, qui est, selon ses propres mots "sa première juge, et sa première cliente". "Mon objectif premier, c’est que ça plaise aux enfants. Si ça plaît aux enfants, c’est en partie gagné ! Ils vont convaincre leurs parents. Alors quand ma fille me dit, “ouawh c’est trop beau”, je sais que je suis sur la bonne voix."