De mystérieuses disparitions de chats inquiètent les habitants d'un village

De nombreux chats ont disparu dans la commune d’Éclaron-Braucourt-Sainte-Livière, ces dernières semaines. Aucun corps n’a été retrouvé mais des pièges ont été découverts.

"Cela fait presque une semaine qu’Omaley a disparu. On a tout essayé pour le retrouver, mais rien". Le chat de Thomas et sa compagne semble s’être volatilisé dans les rues d’Eclaron.

"C’est un chat qui ne sort pas beaucoup, explique Thomas. Et ce n’est pas dans ses habitudes de s’éloigner de la maison. La dernière fois qu’on l’a vu, il était juste devant chez nous. Il est sorti vers 7 heures du matin lorsque nous sommes partis au travail. Au retour de ma compagne, vers midi, il n’était plus là. Et il n’est jamais rentré."


Chaque jour, Thomas et sa compagne font le tour de leur quartier résidentiel d’Eclaron, près du lac du Der, à la recherche de leur petit compagnon. "On l’a appelé, on a regardé dans les caves, dans les garages, on a posé des affiches. On a contacté la mairie, la fourrière, la SPA. Mais rien, pas de chat."

Omaley est loin d’être un cas isolé. A Eclaron, plusieurs chats ont mystérieusement disparu ces dernières semaines. "On parle de neuf chats dans le quartier, confirme Maurice Burton, président de l’association Aide aux Animaux en Détresse 52. Mais le chiffre est sûrement plus élevé. Certains propriétaires ne signalent pas la disparition de leur animal."

Des chats piégés par un voisin ?

Après une balade dans le voisinage, Lucifer, le chat de Delphine, est rentré à la maison avec un drôle d’accessoire : un fil métallique fermement attaché autour du cou. "Il est arrivé complètement apeuré, raconte-t-elle. Heureusement, il a réussi à s'enfuir. Mais ça ne fait pas de doute, c’est un piège qu’il avait autour de lui. Quelqu’un essaye de capturer nos chats."


Peu après, son deuxième chat rentrera à la maison avec des blessures aux pattes inexpliquées.

"L’hypothèse la plus probable, c’est que certaines personnes mal intentionnées capturent les chats qui les "gênent et, dans le meilleur des cas, vont les déposer 15 kilomètres plus loin, confie Maurice Burton. Ces gens-là se procurent en général des pièges qu’on utilise lors des campagnes de stérilisation, alors que c’est strictement interdit."


L’autre hypothèse, c’est que les chats soient victimes de trafic de fourrure ou de captures pour des tests de laboratoire, mais cela nous parait peu probable
."

Déposer une main courante

"Le conseil qu’on peut donner aux propriétaires, c’est de déposer une main courante à la gendarmerie, affirme le président de l’association Aide aux Animaux en Détresse 52. Plus il y aura de signalements, plus l’affaire pourra avancer."

Pour rappel, la maltraitance animale est punie par la loi. Les actes de cruauté envers un animal domestique peuvent entraîner deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.


Les disparitions se concentrent dans un quartier précis d’Eclaron, rue Victor Hugo, rue du Docteur Calmette, rue d’Ambrières, rue de la Paix et rue de l’Onigel.

"Omaley est pucé, précise Thomas. S’il avait été trouvé quelque part ou même tapé par une voiture, on nous aurait prévenus. Là, on est dans le flou".

La gendarmerie de la porte du Der a été alertée. Contactée, elle ne souhaite pas réagir. Les propriétaires des chats disparus espèrent qu’une enquête sera ouverte pour obtenir des réponses.