INSOLITE - L'aventure incroyable d'un Marnais qui a envoyé un oeuf d'autruche dans la navette spatiale Atlantis

Il y a 50 ans, les Américains envoyaient pour la première fois un Homme sur la Lune. Presque 30 ans après, de l'autre côté de l'Atlantique, le Marnais Jean-Pierre Surugue s'apprêtait à expédier un oeuf dans l'espace. Retour sur une aventure pour le moins cosmique. 
Depuis près de 30 ans, Jean-Pierre Surugue sculpte minutieusement des oeufs d'autruche.
Depuis près de 30 ans, Jean-Pierre Surugue sculpte minutieusement des oeufs d'autruche. © Jean-Pierre Surugue
"C'était un samedi pluvieux en 1997." Jean-Pierre Surugue ne se souvient plus de la date exacte, mais il n'oubliera jamais la rencontre qu'il a faite ce jour-là, vers 16 heures. Le sculpteur autodidacte travaille dans son atelier à Pargny-sur-Saulx, petit village marnais, lorsqu'il est interrompu par l'arrivée d'une imposante Mercedes noire. "Un homme assez grand vêtu d'un costume est descendu et m'a demandé de visiter l'atelier sans dire qui il était."

Jean-Pierre est en train de sculpter un œuf d'autruche, comme il le fait depuis quelques années. Ouvrier dans une usine, il a commencé par travailler sur du bois à l'âge de 39 ans, pour le plaisir. C'est au début des années 1990 qu'il jette son dévolu sur les oeufs après en avoir trouvé sur un petit marché de Noël. "C'était l'occasion de travailler une nouvelle matière. A l'époque on les gravait, mais on ne les sculptait pas !"

Une fois dans l'atelier, l'inconnu s'interroge : "Qu'est-ce que c'est ?". "Un œuf d'autruche", lui rétorque Jean-Pierre. Intrigué, l'homme le prend dans ses mains et se montre intéressé : "Je travaille pour la NASA (agence spatiale des Etats-Unis)". Le sculpteur se met à rire, il ne le croit pas. "Je reviendrai vous voir" lui dit alors le mystérieux homme avant de lui donner sa carte. Il s'appelle Jacques J. Adnet et est ingénieur en aérospatiale. L'Américain est né à quelques kilomètres de là, à Sermaize-les-Bains.
                                                                       

"Mon idée serait de faire deux œufs qui iraient dans l'espace"

Le temps passe et Jean-Pierre retrouve ses occupations quand la Mercedes revient, un mois plus tard. Jacques J. Adnet est accompagné par deux personnes et lui tend deux dessins. "Je veux que vous me sculptiez ça. Je reviendrai dans un mois."
 
Un des dessins remis par Jacques Adnet à Jean-Pierre Surugue.
Un des dessins remis par Jacques Adnet à Jean-Pierre Surugue. © Jean-Pierre Surugue

Le sculpteur s'exécute, sans trop réfléchir. Entre temps, les deux hommes échangent par courrier : "Mon idée serait d'en faire deux qui iraient dans l'espace.", lui confie Jacques dans une lettre. Jean-Pierre apprend alors que ses œufs embarqueront à bord de la navette spatiale Atlantis, aux côtés de l'équipage STS-84. Le mois suivant, l'ingénieur revient, toujours dans la même grosse Mercedes noire. Il récupère l'œuf et déclare : "Vous verrez, ça vous fera un coup de pub terrible !"
 
Dans cette lettre, Jacques Adnet confie à Jean-Pierre Surugue qu'il souhaiterait envoyer deux de ses oeufs dans l'espace.
Dans cette lettre, Jacques Adnet confie à Jean-Pierre Surugue qu'il souhaiterait envoyer deux de ses oeufs dans l'espace. © Jean-Pierre Surugue

Avant de partir, il se retourne et lui tend un morceau de papier sur lequel est inscrit un numéro : "Vous l'appellerez à 2h30 du matin, mardi prochain. Jean-François Clervoy sera au bout du fil, vous l'aurez en direct avant son départ."

"Bon voyage"

Quelques jours plus tard, Jean-Pierre est seul dans son atelier, au beau milieu de la nuit. Eclairé par la faible lueur d'une petite ampoule, il déplie le bout de papier qui lui a été confié. "Mais qu'est-ce que je suis en train de faire ?", se demande-t-il. 

2h30. Il décroche le téléphone et compose le numéro. "Allo ? Je suis monsieur Surugue." L'échange est très bref, mais Jean-François Clervoy lui répond : "J'attendais ton coup de fil, je vais embarquer."
"Je lui ai souhaité bon voyage, puis nous avons raccroché." avoue Jean-Pierre, encore un peu hébété plus de 20 ans après. "C'était une aventure extraordinaire." L'atterrissage d'Atlantis s'est fait le 21 juillet 2011, 42 ans jour pour jour après le premier pas sur la lune de Neil Armstrong.
 
Jean-Pierre Surugue conserve fièrement son diplôme signé par Jean-François Clervoy.
Jean-Pierre Surugue conserve fièrement son diplôme signé par Jean-François Clervoy. © Jean-Pierre Surugue
Photo dédicacée par le spationaute Jean-François Clervoy.
Photo dédicacée par le spationaute Jean-François Clervoy. © Jean-Pierre Surugue
Photo dédicacée par l'équipage STS-84, avec qui les oeufs ont été embarqués.
Photo dédicacée par l'équipage STS-84, avec qui les oeufs ont été embarqués. © Jean-Pierre Surugue
Diplôme signé par Jean-François Clervoy.
Diplôme signé par Jean-François Clervoy. © Jean-Pierre Surugue
De gauche à droite : Jacques Adnet, Andrée Cheneby (ancienne maire de Parny-sur-Saulx), Lucien Blaise (ancien maire de Sermaize-les-Bains), Jean-François Clervoy et Jean-Pierre Surugue.
De gauche à droite : Jacques Adnet, Andrée Cheneby (ancienne maire de Parny-sur-Saulx), Lucien Blaise (ancien maire de Sermaize-les-Bains), Jean-François Clervoy et Jean-Pierre Surugue. © Jean-Pierre Surugue
 

Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres

Dans l'incroyable vie de Jean-Pierre Surugue, les chapitres sont nombreux. Au sein du monde curieux et méconnu des œufs décorés, son talent est reconnu. Dans les salons, ses œuvres ont concouru aux côtés des célèbres œufs de Fabergé.

A l'époque, Jean-Pierre est le seul à sculpter des œufs d'autruche. Leur fine coquille de deux millimètres nécessite un travail d'orfèvre. Poncer, polir… Le travail s'effectue à la loupe avec des fraises diamantées, comme celles utilisées par les dentistes.

En 1998, il fabrique même un trophée pour l'équipe de France de football, sacrée championne du monde. Ils est conçu à partir d'un oeuf doré à l'or fin. Huit ans plus tard, le 12 janvier 2006, il est décoré Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

Humble, il s'étonne encore : "C'est marrant, et dire que pendant tout ce temps, je suis resté dans l'anonymat."
 
Trophée réalisé par Jean-Pierre Surugue pour l'équipe de France de football, championne du monde en 1998.
Trophée réalisé par Jean-Pierre Surugue pour l'équipe de France de football, championne du monde en 1998. © Jean-Pierre Surugue
Zinédine Zidane et Jean-Pierre Surugue en 1998 lors de la remise du trophée.
Zinédine Zidane et Jean-Pierre Surugue en 1998 lors de la remise du trophée. © Jean-Pierre Surugue
Jean-Pierre Surugue a eu la chance de tenir dans ses mains la Coupe du Monde de 1998.
Jean-Pierre Surugue a eu la chance de tenir dans ses mains la Coupe du Monde de 1998. © Jean-Pierre Surugue
Dédicaces des joueurs de l'équipe de France de football 1998.
Dédicaces des joueurs de l'équipe de France de football 1998. © Jean-Pierre Surugue
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture espace sciences sorties et loisirs