Ils se mettent à poil pour défendre leur lait à Rouvroy-sur-Audry (Ardennes)

Tandis que les producteurs de lait ont obtenu de la part de Lactalis un accord à 290 € pour 1.000 litres, nous avons voulu savoir ce qu'il en est des producteurs passant par d'autres collecteurs. Dans l'Aube, notre équipe a rencontré Alain Boulard, il possède 65 vaches laitières à Marolles-lès-Bailly. Interview : Alain Boulard, Producteur de lait. ©France 3 Champagne-Ardenne

Ce lundi soir, une soixantaine d’agriculteurs se sont rassemblés symboliquement devant l’usine Lactalis de Rouvroy-sur-Audry (08) en guise d’avertissement envers les opérateurs et acheteurs de lait.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les syndicats agricoles avaient annoncé ce dimanche une mobilisation nationale dès lundi pour tenter de forcer le géant laitier à remonter ses prix d'achat.

En relançant les actions à l'échelon régional tout en promettant de porter le combat au niveau national, les producteurs de lait cherchent à augmenter la pression sur Lactalis, resté silencieux depuis vendredi. Le groupe laitier avait alors proposé une augmentation de 15 euros la tonne de lait à compter du 1er septembre, soit environ 271 euros. Cette proposition avait été perçue comme un véritable camouflet par les agriculteurs, qui estiment leur coût de production à 300 euros la tonne. Le médiateur du gouvernement avait lui fait une proposition à 280 euros la tonne, ce qui n'a pas été accepté par les producteurs de lait. Lactalis achète actuellement la tonne de lait à 256,90 euros la tonne, soit bien en dessous du prix payé par d'autres transformateurs
comme Laïta et la société Silav (290 euros la tonne) ou la laiterie Saint-Père, filiale d'Intermarché (300 euros les 1.000 litres).

Un producteur sur cinq en France travaille pour Lactalis, soit 20% de la collecte française, ou 5 milliards de litres de lait collectés sur un total de 25 milliards produits annuellement en France.