INSOLITE - Moselle : Facebook dépublie la page de la ville de Bitche "à cause de l'insulte en anglais"

Apparemment, la ville de Bitche ne plaît pas à l'algorithme de Facebook. Ou du moins, le mot Bitche, qui ressemblerait un peu trop à une insulte en anglais... La page officielle a été dépubliée par le réseau social le mois dernier, et depuis, impossible de la retrouver. 

La page Facebook de la ville de Bitche a été dépubliée.
La page Facebook de la ville de Bitche a été dépubliée. © Oliver Berg/dpa/picture-alliance/Newscom/MaxPPP

On croirait presque à une plaisanterie. Le mois dernier, le géant des réseaux sociaux, Facebook, a décidé de dépublier la page officielle de la ville de Bitche, en Moselle. Un choix radical, qui a de quoi faire rire, jusqu'au service de communication. "C'est... surprenant", sourit Valérie Degouy, la responsable communication de la ville. 

Sans explication, la page Facebook de la ville a été dépubliée par le réseau social le 19 mars. Aucune raison apparente... si ce n'est le nom de la ville, Bitche, qui se prononce de la même façon que l'insulte bitch, en anglais. 

"Je pense que les pages ont été hébergées sur un autre serveur, un autre data center, et je pense qu’elles sont dans un pays anglo-saxon et donc l’algorithme traduit le terme Bitche et ne fait pas de différence avec l'insulte en anglais", estime Valérie Degouy, qui essaie de trouver des explications. Depuis près d'un mois, elle tente de récupérer la page, en vain : "Ce sont des bouteilles à la mer, nous n’avons pas de réponse." Et lorsqu'elle souhaite voir la page, voici le message qui s'affiche :

Le message de Facebook indique que la page de Bitche a été "annulée."
Le message de Facebook indique que la page de Bitche a été "annulée." © Ville de Bitche

Selon le règlement de Facebook, la page de la ville aurait été dépubliée suite à "la violation des conditions applicables aux pages Facebook." Parmi ces violations figurent la "nudité et activités sexuelles chez les adultes", le "contenu violent et explicite" ou encore "le discours incitant à la haine", comme "une expression de mépris, de dégoût ou de renvoi, une insulte (...)"

Et pourtant, le message ci-dessus indique qu'aucune "restriction ou infraction" n'a été commise, ce qui inquiète d'autant plus la ville. "S'il n'y a pas d'infraction, comment Facebook va faire pour retrouver notre page s'ils se rendent compte que c'est une erreur ?" se questionne Valérie Degouy. 

"Toutes les pages contenant le mot Bitche ont été touchées"

Et le problème va encore plus loin. À l'instar de la page de la mairie, plusieurs pages de sites touristiques du pays de Bitche ont été dépubliées au même moment le mois dernier. C'est le cas du "golf de Bitche" ou de la page "Les médiévales européennes de Bitche." Si le problème a été résolu après un simple signal des administrateurs, la page de Bitche, elle, est toujours portée disparue. "Je ne peux plus écrire Bitche nulle part, même dans la localisation. J’ai l’adresse exacte mais pas Bitche, j’ai beau le mettre, Facebook l’enlève à chaque fois." Valérie Degouy avait déjà rencontré des difficultés lors de la création de la page "Ville de Bitche". À l'époque, le mot Bitche était constamment refusé. "J’avais écrit 'ville fortifiée' dans la barre d’adresse et le nom d’utilisateur a pu être changé après coup."

Une nouvelle page, avec un nom plus soft "Mairie 57230", a donc été créée le 6 avril 2021 pour pouvoir informer les habitants, comme en témoigne ce post Facebook : 

Pour l’instant, près de 200 personnes suivent cette nouvelle page. Rien à voir avec les plus de 2.000 "j'aime" sur l'ancienne page officielle, créée en 2016.

Face à la décision de Facebook et craignant une potentielle dépublication, la ville de Rohrbach-lès-Bitche a préféré prendre les devants en changeant le nom de sa page Facebook, comme le montre ce post : 

En attendant la réponse de Facebook, toutes les associations du pays de Bitche ont été prévenues et sont invitées à partager la nouvelle page de la ville. La dépublication devrait faire parler d'elle demain, lors du conseil municipal.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société réseaux sociaux insolite