Les écoles de la deuxième chance : l'exemple de Rethel dans les Ardennes

Coup de projecteur sur les écoles de la deuxième chance : des structures offrant à des jeunes descolarisés une formation professionnelle en alternance. Dix écoles de la deuxième chance existent en Champagne-Ardenne, financées en majorité par l'Union Européenne.

Notre équipe a poussé la porte de l'école de la deuxième chance de Rethel dans les Ardennes. Ici, les élèves en apprentissage sont des stagiaires. Derrière ce terme, une trentaine de jeunes âgés de 17 à 26 ans, en rupture avec le système scolaire depuis au minimum plus d'un an. Certains sont connus de la justice, d'autres déjà parents, et tous ont réussi leur entretien individuel de motivation pour intégrer cette école de la deuxième chance.


Six mois de parcours au sein de la structure

L'objectif affiché de l'école : insérer les stagiaires dans la vie active et leur faire décrocher un travail ou une formation pérennes. Il faut compter six mois de parcours au sein de la structure, et un emploi du temps divisé en deux. D'un coté des stages dans des entreprises que les stagiaires doivent eux-mêmes trouver, en accord avec leur projet professionnel, de l'autre, des cours de remise à niveaux en français, mathématiques et informatiques.


Ateliers techniques de recherches d'emplois

Les stagiaires doivent aussi participer à des atliers techniques de recherche d'emploi : comportement, ponctualité, les règles sont strictes. Les jeunes sont indemnisés environ 300 € par mois. En 2015, 40 % des stagiaires ont décroché à leur sortie de l'école, une formation qualifiante, un contrat en alternance ou même un CDI. Dix écoles de la deuxième chance existent en Champagne-Ardenne, financées en majorité par l'Union Européenne.


Voir le reportage diffusé dans le JT du 19/20 samedi 7 mai 2016