Marne : l’agriculteur d’Ambrières qui a tiré sur un voleur de carburant est en prison

Un homme a été blessé par balle dans la nuit du vendredi 31 janvier au samedi 1er février à Ambrières (Marne). L'agriculteur qui a tiré parce qu'on lui volait du carburant est en détention. Le syndicat agricole FDSEA réagit. 

L'agriculteur a été mis en examen
L'agriculteur a été mis en examen © Maxppp - Aude Vanlathem
Le parquet de Reims a ouvert une information judiciaire des chefs de "vol en réunion" et "tentative d’homicide volontaire" à la suite de l'enquête concernant du vol de carburant dans une exploitation agricole à Ambrières dans la nuit du 31 janvier au 1er février. Plusieurs individus sont concernés, ils appartiendraient à la communauté des gens du voyage.
 

Sur fond de vol de carburant

L'exploitant agricole avait été prévenu du vol grâce à un dispositif anti-intrusion. Il a prévenu la gendarmerie "qu'il s’était rendu sur place avec son frère, armés chacun d’un fusil de chasse avec des cartouches de plomb," détaille Matthieu Bourrette, le procureur de Reims. L'agriculteur a tiré à deux reprises en l’air pour faire fuir les voleurs, et une fois en direction de l'un d’eux. Mais il a atteint un jeune homme âgé de 19 ans, notamment à l’intestin grêle et au colon, entraînant un pronostic vital toujours en cours au 2 février 2020. La gendarmerie est arrivée sur place peu de temps après avoir été prévenue. C'est là qu'elle a procédé à l’interpellation de l’exploitant agricole sans difficulté, âgé de 46 ans, et sans antécédent judiciaire.
 

L'agriculteur dit avoir paniqué

Placé en garde à vue, dans un premier temps pour violences aggravées, puis pour tentative d’homicide volontaire, l'homme a reconnu les faits mais il  conteste toute intention d' homicide, ajoutant "qu’il avait été pris de panique, et que cet épisode faisait suite à de nombreuses plaintes pour des vols de carburant multiples dont il avait été victime, depuis plusieurs années, et encore plusieurs fois au cours du mois écoulé," a expliqué le procureur de Reims, Matthieu Bourrette. Mis en examen du chef de tentative d’homicide volontaire, il a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

L’enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Reims et "l’instruction doit s’attacher notamment à identifier les auteurs du vol, apprécier le déroulement complet de commission des faits et évaluer la gravité des blessures de la victime," ajoute le procureur dans son communiqué.
 

La FDSEA de la Marne réagit


Voici le communiqué du syndicat agricole : Jean-Louis Leroux est agriculteur et éleveur naisseur-engraisseur de bovins viande à Ambrières. C’est un homme serviable, engagé professionnellement au service des autres. Il est président communal  FDSEA à Landricourt et Ambrière depuis 2014, administrateur de la FDSEA de la Marne en tant que co-président du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont (depuis 2017). Il subit, comme de nombreux agriculteurs, de multiples vols.

A chaque fois, il a toujours appelé la Gendarmerie, déposé plainte et fait confiance aux autorités et à la justice. D’une façon générale, la profession a alerté de nombreuses fois les autorités chargées de la Sécurité publique (Préfecture, Gendarmerie) sur une situation qui dure depuis trop longtemps. Dans la nuit du 31 janvier au 1er février, Jean-Louis Leroux a été réveillé dans son sommeil par une alerte. Il n’a pas décidé de faire la justice lui-même mais simplement essayé de retenir ses agresseurs jusqu’à l’arrivée des gendarmes. C’est malheureusement un drame pour les deux familles. La FDSEA accompagnera au mieux la famille de Jean-Louis Leroux.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers agriculture économie