REPLAY. Crise énergétique : Fismes éteint son éclairage public la nuit et remplace un quart de ses luminaires

Diffusé du au Publié le
Écrit par Anne-Laure Helleu .

En raison de la hausse des prix de l'énergie, la commune de Fismes remplace ses luminaires et se dirige vers une extinction de l'éclairage public la nuit. Également dans le 19/20 de France 3 Champagne-Ardenne, des bureaux-vélos pour les élèves de l'école Saint-Anne à Charleville-Mézières, le tourisme généré par le Lac du Der et retour sur les JO de Tokyo vus par les sportifs champardennais qui ont participé.

L'éclairage public se fait moins présent. Face à l'augmentation du prix de l'énergie, les communes doivent elles aussi appliquer la sobriété énergétique. Pour répondre à cette nécessité des communes de la Marne trouvent des solutions. A Fismes, un quart du parc de luminaires a été remplacé pour passer à l'éclairage LED. La ville envisage également d'éteindre la nuit. Chaque année, la ville dépense 350.000 euros d'électricité, une facture qui pourrait doubler. A Reims, les luminaires du boulevards Tondeur sont également remplacés par des solutions moins énergivores.

A l'instar de Fismes, la coupure de l'éclairage de nuit concerne déjà près de 12.000 communes françaises. Ce chiffre ne cesse de croître puisque selon l'Agence de l'Environnement Maitrise de l'Energie, environ 20% du budget des communes passe dans l'énergie. Les grandes villes, quant à elles, sont plus réticentes à couper leur éclairage nocturne pour des raisons d'insécurité notamment.

Des vélos-bureaux pour les élèves de l'école

À Charleville-Mézières, l'école Sainte-Anne s'est dotée de cinq bureaux-vélos. Ces bureaux originaux permettent d'augmenter la concentration des élèves. De cette manière, ceux qui ont du mal à rester assis sur une chaise toute la journée peuvent se défouler, évacuer le surplus d'énergie pour se canaliser et se concentrer à nouveau. Cet outil insolite s'intègre dans le développement de nouvelles stratégies d'apprentissage.

Le tourisme indispensable au Lac du Der

Le lac du Der est devenu la deuxième destination la plus touristique de Champagne-Ardenne. Pourtant à sa création en 1974, ce point d'eau artificiel a pour simple objectif de protéger Paris des inondations. Il devient l'un des réservoirs des affluents de la Seine. A l'époque, sa création ne fait pas l'unanimité et nécessite la destruction de trois villages. 250 personnes sont contraintes de quitter leurs habitations. En moins de 50 ans le territoire devient un haut lieu du tourisme avec ses campings, sa structure gonflable, son casino... Près d' 1,2 millions de personnes se rendent au lac du Der chaque année. 

Nos sportifs régionaux avant les JO

Que sont devenus les athlètes champardennais après les Jeux Olympiques de Tokyo ? Le feuilleton de la semaine s'intéresse aux sportifs de la région qui ont participé à la compétition en 2021. Le premier épisode est consacré aux performances de ces champions. Certains ont mis un terme à leur carrière, d'autres se sont blessés, d'autres encore préparent Paris 2024. Tous gardent un souvenir particulier de leur participation aux JO, ils nous racontent comment ils ont vécu leur compétition sportive.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité