Cet article date de plus de 8 ans

Un an après la liquidation de Paru Vendu, 60% des salariés seraient sans emploi

Un an après la liquidation du pôle de presse gratuite du Groupe Hersant Médias, plus de 200 salariés ont été licenciés dans la région. Certains ont créé une entreprise, d'autres sont en formation, mais 60% seraient encore à la recherche d'un emploi.
En novembre  2011, le pôle de presse gratuite du Groupe Hersant Médias était placé en liquidation judiciaire. 1650 salariés étaient alors licenciés en France, dont plusieurs centaines en Champagne-Ardenne en raison des fermetures de l'imprimeur Hebdoprint à Tinqueux et de la Comareg (centre d'appel et commerciaux) à Troyes. La plupart était dans l'entreprise depuis 10 à 30 ans. Pour suivre les avancées de dossier complexe, les salariés se sont réunis autour du blog des anciens d'Hebdoprint du Groupe Comareg fabriquant ou imprimant le Paru Vendu. Le nom du collectif est évocateur: "Paru chomdu".

Plus d'un an après, nos équipes ont retrouvé certains de ces salariés qui accusent toujours le coup. Reportage:

A la tête du GHM, Bernard Tapie devra peut être indemniser les anciens Paru-Vendu
Le rachat du Groupe Hersant Médias (et donc du quotidien La Provence) par Bernard Tapie a fait grand bruit. Conséquence inattendue: l'homme d'affaires pourrait être contraint d'indemniser les anciens salariés de Paru Vendu comme l'affirme cet article: "Tapie va-t-il indemniser les anciens de Paru-Vendu ?" Le groupe de presse belge Rossel était sur les rangs pour le rachat de GHM mais redoutait de devoir verser ces indemnités. Il se serait alors contenté du rachat du journal L'Union. Reste donc à savoir si Bernard Tapie et les héritiers Hersant auront à verser ces indemnités.
La question de la faillite de la Comareg, l'éditeur de Paru Vendu mis en liquidation judiciaire en novembre 2011, doit être traitée lors d'une Enquête parlementaire sur le rachat de "La Provence" par Tapie






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie