• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Évangéliaire de Reims : une édition offerte par Poutine à Macron

Évangéliaire de Reims, écrit en slavon, conservé à la bibliothèque Carnegie de Reims / © Sabine Maffre
Évangéliaire de Reims, écrit en slavon, conservé à la bibliothèque Carnegie de Reims / © Sabine Maffre

Lors de sa visite à Versailles, Vladimir Poutine a offert à Emmanuel Macron une édition de l'Évangéliaire de Reims, dont l'original est conservé à la bibliothèque Carnegie.

Par D.C.

Voilà un présent qu'Emmanuel Macron ne s'attendait certainement pas à recevoir : lors de sa visite à Versailles, le lundi 29 mai, Vladimir Poutine a offert au président de la République une édition scientifique de l'Évangéliaire de Reims. Ce document, dont le manuscrit original est conservé à la bibliothèque Carnegie de Reims, est un texte sur lequel les rois de France prêtaient serment au moment de leur sacre.

Symbole des relations franco-russes, l'Évangéliaire avait été présenté aux tsars Pierre le Grand, en 1717, et Nicolas II, en 1901, lors de leur passage en France. Cette compilation de textes liturgiques - écrits en slavon - fait l'objet de diverses croyances. La légende veut par exemple que le manuscrit ait appartenu à Anne de Kiev, épouse de Henri Ier et reine des Francs, qui l'aurait apporté en France au XIe siècle.

À Reims depuis le XVIe siècle


"En réalité, l'ouvrage n'est arrivé à Reims qu'au XVIe siècle, indique Sabine Maffre, conservateur responsable de la bibliothèque Carnegie. Grâce à l'inventaire, on sait avec certitude que Charles de Lorraine, archevêque de la cité des sacres, l'a versé en 1574 au Trésor de la cathédrale."

À partir de 1575 avec Henri III, prêter serment sur l'Évangéliaire devint la coutume pour les rois de France au moment de leur sacre. "La raison est simple : la reliure comportait une plaque d'orfèvrerie avec pierres précieuses, arrachée au moment de la Révolution, ainsi qu'une relique de la Vraie Croix", détaille Sabine Maffre.

La partie la plus ancienne du manuscrit date du XIe siècle ; la plus récente, du XIVe. Néanmoins, un mystère demeure : la provenance de l'Évangéliaire. "A priori, Charles de Lorraine l'aurait reçu en cadeau de la part de l'un de ses protégés, Constantin Paléocapa, qui recopiait fréquemment des manuscrits, précise encore Sabine Maffre. Mais rien n'est sûr."

Pour vous faire votre propre avis quant à la symbolique du geste de Vladimir Poutine, vous trouverez ici plus d'informations sur l'Évangélaire de Reims : extrait d'un colloque donné par Sabine Maffre, conservateur de la bibliothèque Carnegie.


Évangéliaire de Reims

 

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus