De César à Céza'rt, l'étoile montante du street-art à Reims nous ouvre les portes de son atelier

Des rues de Reims à celles de Lens, en passant par Chaumont, depuis quelques années, les œuvres de Céz’art s’affichent partout. Le street artiste rémois nous raconte sa passion pour l'art de rue. 



 
Fresque "Peace love Unity", Lens
Fresque "Peace love Unity", Lens © Céz'art
A 31 ans, Céz’art est un jeune homme heureux qui vit de sa passion, la peinture. "J’aime créer, partir d’une toile blanche et réussir à transposer ce que j’ai imaginé dans ma tête." Après avoir passé quelques années à réaliser des œuvres pour des galeries, Céz’art a eu envie de sortir, de s’exprimer en dehors de quatre murs.

C’est ainsi qu’il s’est dirigé petit à petit vers le street-art. "Je faisais des petits graffitis quand j’étais ado mais ce n’était pas très poussé ni très artistique."  Mais à force de travail, Céz'art est aujourd'hui un street artiste connu et reconnu pour son talent et ses créations. Des créations colorées inspirées du pop art et du monde animal, reconnaissables aux plumes que portent toujours ses bêtes. "Pour moi, la plume c'est le symbole de la liberté. C'est aussi pour cela que je m'épanouis dans le street-art. Je me sens libre quand je m'exprime." 

Redonner symboliquement à l'animal sauvage sa place dans la ville

"Enfant, j'ai toujours eu beaucoup d'animaux autour de moi. Peut-être parce que j'étais fils unique. Dans mon travail, je cherche à les mettre en avant, à les sublimer." Mais cela va bien au delà. Car les animaux choisis sont souvent des espèces en voie d'extinction ou menacées. "C'est ma manière à moi de sensibiliser les spectateurs à cette cause qui me tient à coeur." Son rêve, partir à l'autre bout de la planète réaliser une fresque pour un centre de sauvegarde de la faune sauvage.  

Alors pour faire passer son message, l'artiste expose sur des murs de plus en plus grands et de plus de plus haut. Son dernier travail vient de s'achever. Il est visible place de la Loge en plein centre-ville à Chaumont. Une fresque murale de 12 m qui représente un cerf. 100 heures de travail ont été nécessaires pour la finaliser

C'était un vrai défi car j'ai un peu le vertige et c'était la première fois que je créais une oeuvre aussi haute. Mais j'en suis fier.
-Céz'art, street artiste.


Ce qui lui plaît aussi dans le street art, c'est de discuter avec les gens dans la rue, échanger avec eux. Les passant lui donnent leur avis, l'encouragent ou pas. 
 
Fresque  "Magiec Deer", Place de la Loge à Chaumont
Fresque "Magiec Deer", Place de la Loge à Chaumont © Céz'art
 
Cette année, l'artiste rémois a multiplié les projets dans sa ville. Une fresque sur une école élémentaire, une autre sur la structure petite enfance du quartier Croix Rouge, sur la façade de l'hôtel Mercure ou encore sur celle du magasin Cora à la Neuvillette. Le jeune homme a même récemment participé à l'écriture d'un ouvrage scolaire sur le street-art. 

Cela fait huit ans que Céz'art sillonne les rues de Champagne-Ardenne et de France, pour exposer et exprimer sa vision du monde. "Je veux laisser une trace", confie-t-il. A l'instar peut-être de ceux dont il admire le travail comme Seth, Space Invader, Bordalo II, Bansky... Des artistes qui ont permis au street-art d'être reconnu comme un art à part entière. En attendant de pouvoir envoyer l’une de ses toiles dans l’espace, il travaille actuellement sur une fresque qui sera exposée dans le centre-ville de Saint Brice Courcelles. Alors gardez l'œil ouvert !
Fresque "Wild school", Ecole des Trois Fontaines à Reims.
Fresque "Wild school", Ecole des Trois Fontaines à Reims. © Céz'art
Fresque "Symbiose animale", SPE Les hautes feuiles de Croix Rouge. Reims.
Fresque "Symbiose animale", SPE Les hautes feuiles de Croix Rouge. Reims. © Céz'art
 
Fresque "Biggy Lion", Hôtel Mercure Reims
Fresque "Biggy Lion", Hôtel Mercure Reims © Céz'art
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture peinture