Coronavirus : la vente aux enchères post confinement du Crédit Municipal de Reims

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Dumay

C'est une vente volontaire qui aura lieu à l'hôtel des ventes de la porte Mars vendredi 26 juin 2020. L'ancienne institution installée depuis 1822 à Reims propose une vente aux enchères post confinement. Les proriétaires ont donné leur accord pour que ces objets soient mis en vente.
 
 

Bijoux en or, montres de marque, sacs à main, maquettes de navire, presque deux cents pièces seront sousmises à l'adjudication des commisseurs-priseurs, vendredi 26 juin, dans l'après-midi. La très ancienne institution, installée depuis 1822 à Reims, en a vu défiler des objets de petite et grande valeur que l’on « met au clou » moyennant un peu d’espèces.

"Encore aujourd’hui, c'est accessible à tous ! On reçoit toutes les catégories socio-professionnelles, de l’étudiant au retraité, il n’y a pas de profil type. Effectivement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à venir nous confier leurs objets de valeur. En général la clientèle est âgée de 50 à 60 ans," explique la directrice du Crédit Municipal de Reims. Des histoires joyeuses, cocasses ou tristes, Isabelle Desseaux en connaît de nombreuses.

Nous sommes un vrai baromètre social. Alliances en or pour boucler une fin de mois, aux tableaux de maître pour réaliser un emprunt immobilier, les situations peuvent être diverses et variées.

Isabelle Desseaux, directrice du Crédit Municipal de Reims

 

Le principe du crédit municipal

"Les gens nous confient leurs objets de valeurs que nous estimons. La moitié du montant de l’estimation leur est versée en liquide. Prenons l’exemple d’un foulard de grande marque estimé à 300 euros, nous prêtons 150 euros. Si le client veut récupérer son bien, il vient le racheter à savoir le montant de la somme prêtée plus les intérêts. Autre situation, au bout de six mois, le client n’est pas intéressé pour racheter son foulard, ce dernier pourra être mis en vente aux enchères s’il le désire," explique Isabelle Dessaux (C’est d’ailleurs l’histoire des objets qui seront mis en vente le 26 juin).

Si au terme de 9 mois, les biens n’ont pas été rachetés par le client qui les a déposés, ils sont mis aux enchères de droit. Au total seulement 6% des contrats finissent aux enchères.

Le Crédit Municipal de Reims possède un portefeuille de 1.400 clients actifs. "Chaque année nous accueillons en moyenne 300 nouveaux clients," poursuit la directrice du Crédit Municipal. Le panier moyen des prêts sur gages est de 500 euros.

L’utilisation est parfois surprenante de cette institution qui fut définitivement établie sous Louis XVI à Paris avec pour nom : Mont-de-Piété. Aujourd’hui, certains clients déposent leurs bijoux pour les vacances et viennent les rechercher lorsqu’ils rentrent. Ils règlent les intérêts liés à leurs dépôts de bijoux. "Nous sommes en quelque sorte un coffre-fort plus sécurisé que leur domicile," explique le sourire dans la voix, Isabelle Desseaux. "Mais plus généralement, nos clients ont des soucis bancaires, ils sont très à découvert et ont besoin de liquidités pour régler leur situation. Nous sommes là pour les aider. Le crédit municipal a pour mission d’assurer un accompagnement budgétaire et participe à la lutte contre le surendettement."

Le Crédit Municipal de Reims qui a célébré ses 100 ans, en 2018 n’a pas le droit de capitaliser. Lorsqu’un objet a été gagé, puis vendu aux enchères, le propriétaire perçoit l’excédent du produit de la vente après retenue de la somme avancée par le Crédit municipal et les intérêts.

Quinze euros, c’est le prêt minimum que peut proposer le crédit municipal, et 21.000 euros, c’est la somme maximum qui a été prêtée pour deux tableaux de Félippo de Pisis et Gino Severini.