Marne : le collège de Gueux communique avec l'espace, il était le seul autorisé à rentrer en contact avec l’ISS

Le collège de Gueux (Marne) était ce jeudi 10 septembre 2020 le seul autorisé en France à rentrer en contact avec l’ISS. Les élèves ont pu entrer en communication avec Chris Cassidy, le commandant. Une opération millimitrée qui laissera de grands souvenirs mais aussi quelques frustrations. 
Le collège de Gueux est le seul de France à avoir obtenu l’autorisation cette année d’une liaison avec la station spatiale internationale.
Le collège de Gueux est le seul de France à avoir obtenu l’autorisation cette année d’une liaison avec la station spatiale internationale. © Edwige Réaux - FTV
10h17. Comme prévu, la liaison radio a pu s'établir avec l'astronaute américain Chris Cassidy. C'est un sacré privilège. Une expérience dont les élèves du collège Raymond-Sirot de Gueux (Marne) se souviendront longtemps. L'établissement scolaire de cette petite commune près de Reims était ce jeudi 10 septembre 2020, le seul autorisé à rentrer en contact avec la station orbitale internationale ISS. Une liaison hors du commun, inédite et presque irréelle !

Tous les élèves sont réunis dans le gymnase de l'école pour suivre ce cours de physique extraordinaire. Mais seuls 20 élèves, reconnaissables à leur t-shirts blancs, peuvent poser des questions. Tout est millimitré. 

"Allo l'espace, ici la terre ..." la formule magique a fait mouche. Tout s'est passé sans encombre. Il faut dire que rien ne peut être laissé au hasard quand on organise ce genre d'opération. Alors forcément, il y a avait un peu d'appréhension, voire de stress au moment d'établir la connexion. Mais à 10h17, en entendant lers premiers mots du commandant, tout le monde était soulagé.  
 
Les 20 collégiens n'ont malheureusement pas posé toutes les questions qu'ils avaient préparées.
Les 20 collégiens n'ont malheureusement pas posé toutes les questions qu'ils avaient préparées. © Edwige Réaux - FTV
 
Les élèves avaient préparé leurs questions, 20 précisément. Ils sont briefés : 1 question - 1 réponse. En anglais, avec un accent pas toujours impeccable mais les collégiens s'appliquent et font du mieux qu'ils peuvent pour se faire comprendre mais aussi pour comprendre les réponses : "Pourquoi vous êtes vous lancé dans ce projet ? N'êtes-vous pas blasé de voir le coucher le soleil 16 fois dans une journée ? Recyclez-vous l'eau ? Comment se passe le passage aux toilettes ? ... " Mais ils n'auront pas le temps de poser toutes leurs questions. Seulement 12 sur les 20 prévues. Ce qui leur aura laissé un peu de frustration. Avec l'obligation de terminer leur phrase, avec le fameux OVER. Terminé !     


Il s'agit de l'expédition 63. Autrement dit, le 63ème roulement de l'équipage de l'expédition qui a débuté en avril 2020, commandée par Chris Cassidy. L’équipage de l’ISS est composé de cinq membres : l’américain Chris Cassidy et les cosmonautes Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner. Ils ont rejoint l’ISS le 09 avril 2020 à bord du Soyouz MS-16. Ils ont été rejoints le 31 mai 2020 par deux astronautes américains (Bob Behnken et Doug Hurley) à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX. Thomas Pesquet y a séjourné de novembre 2016 à juin 2017.    

La date de retour n’a pas encore été fixée. L'objectif est de mener des expériences scientifiques et d'entretenir la station orbitale. 
 

Qu'est-ce que l'ISS ? 

La Station Spatiale Internationale, c’est le plus grand objet fabriqué qui tourne autour de la Terre. Et ça depuis plus de 20 ans ! C’est un projet mis en place par les Etats-Unis, la Russie et l’Europe, après la destruction dans les années 90 de la station spatiale Russe « mir », devenue hors d’usage. En un jour, l'ISS fait 16 fois le tour de notre planète. Cette station est aussi grande qu’un stade de foot et pèse 400 tonnes, soit le poids de 25 bus. Dans ce laboratoire géant, il y a six personnes en permanence qui travaillent à des expériences scientifiques et aussi à la maintenance de la station. Ces séjours de longue durée permettent de collecter de précieuses données sur les effets de la micropesanteur et des radiations spatiales sur la physiologie humaine. Ils testent notamment les conditions de la vie dans l’espace afin de préparer de futurs voyages. 
 
La station spatiale internationale (ou international space station, ISS en anglais)
La station spatiale internationale (ou international space station, ISS en anglais) © ESA/NASA

 

Comment vit-on dans cette incroyable station spatiale ?

En orbite autour de la Terre, on est en apesanteur, tout flotte. Les muscles doivent alors être renforcés afin de ne pas trop se ramollir. Il y a donc deux heures de sport par jour. Pour les repas, les astronautes mangent des plats avec une sauce épaisse qui colle à la fourchette. Et, ils boivent à la paille. Comme ça les aliments et les liquides ne s’échappent pas. De même, il faut s’attacher aux toilettes avec des sangles. Le pipi et le caca sont ensuite aspirés. Ici, impossible de prendre une douche. On utilise des sachets avec de l’eau qu’on applique sur la peau puis on s’essuie avec une serviette. Et pour dormir sans se cogner, les astronautes s’installent dans des sacs de couchages accrochés au mur.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société espace culture sciences astronomie