Marne : comment le Grand Reims veut réduire ses déchets et être plus écolo en 2022

Publié le
Écrit par Juliette Vincent-Seignet
En multipliant les bacs et les bornes de tri, le Grand Reims espère augmenter le tri sélectif de 12%.
En multipliant les bacs et les bornes de tri, le Grand Reims espère augmenter le tri sélectif de 12%. © France Télévisions

Harmonisation entre toutes les communes, ramassages plus réguliers des déchets, installation de bacs de tri. Le Grand Reims très écolo ? Pour cette année 2022, la communauté urbaine a décidé d’aider ses habitants à améliorer la gestion de leurs déchets et a pour objectif d’être exemplaire.

Si vous habitez dans l’ouest du Grand Reims, des agents de la mairie ont peut-être toqué chez vous. Depuis le mois de juin, une enquête est en cours pour comprendre vos pratiques face aux déchets. Avez-vous un compost ? Un jardin ? Faites-vous l’effort du tri ?

A la suite de ces rencontres et depuis quelques mois, des bacs à tri (poubelles jaunes) ont donc été attribués aux foyers des 67 communes concernés (dans l’ouest du Grand Reims). Ces bacs remplacent les sacs à tri distribués jusqu’à aujourd’hui : plus écologique. D’ici septembre 2022, 17 000 foyers du Grand Reims seront équipés.

“On a voulu harmoniser nos pratiques. Le reste des communes du Grand Reims ont des bacs depuis 2017. Pourquoi des habitants auraient des sacs et d’autres des bacs ? C’était une volonté d’uniformiser nos services”, explique Emmanuel Debaty, le directeur des déchets et de la propreté pour le Grand Reims.

Un projet pour le confort des habitants, mais aussi pour les agents en charge de collecter ces déchets. Avec des centaines de sacs à ramasser à chaque collecte, les agents se retrouvaient avec des troubles musculo–squelettiques (TMS). Désormais, avec les bacs, un système leur permet de les accrocher sur les camions et donc de moins se fatiguer.

Fini les cartons et plastiques qui s’empilent en attendant la collecte

Autre avancée pour cette année 2022 : les déchets recyclables ne seront plus ramassés toutes les deux semaines, mais une fois par semaine. Cette mesure vise à encourager les foyers à bien trier et à ne pas être tenté de jeter des cartons ou du plastique dans les ordures ménagères.

Avec cette démarche, le Grand Reims n’espère pas une diminution des déchets, mais plutôt une amélioration et une augmentation du tri sélectif. Avec les bacs, cela permettra de réduire les ordures ménagères. “On espère augmenter le tri sélectif de 12%. Ce sont 160 tonnes de déchets en plus qui n’iront pas à l’incinération”, se réjouit Emmanuel Debaty.

Les habitants du Grand Reims : de bons trieurs, mais peut faire mieux

Même si le Grand Reims n’est pas en retard, il reste des progrès à faire. Dans les ordures ménagères des habitants, il resterait encore en moyenne 16% de déchets destinés à la poubelle jaune (papier, carton, plastique).

Dans les bacs à ordure ménagère, on trouve encore des boîtes de conserve et du papier. On peut améliorer cela. Il y a encore 4% de verre alors qu’il y a des conteneurs à verre sur tout le territoire. Il reste 19% de déchets alimentaires alors que l’on peut fabriquer des composts”, ajoute Emmanuel Debaty, qui se veut toutefois optimiste.

Pour inciter les habitants à faire encore mieux, le Grand Reims travaille actuellement sur l’installation de bornes de tri de biodéchets (les restes de repas, épluchures de légumes et fruits). La communauté urbaine a déjà fait l’expérimentation dans trois quartiers de Reims : Faubourg de Laon, La Neuvillette et Maison Blanche depuis le mois de décembre 2021. Si l’expérience est concluante, l’objectif est de développer cette pratique sur tout le secteur urbain et d’instaurer à terme 530 bacs de tri.


139 000 tonnes de déchets collectées en 2020

Au total, 139.000 tonnes de déchets ont été collectées sur l’ensemble du Grand Reims en 2020.

Une majorité de ces déchets sont valorisés, très peu sont enfouis. “Le Grand Reims est un très bon élève par rapport à la moyenne nationale”, se félicite le directeur des déchets et de la propreté pour le Grand Reims. Selon l’Agence de la transition écologique, 68% des déchets collectés en France sont valorisés (énergie, matière, organique), contre 94% sur le Grand Reims.

Ce sont des très bons chiffres, les habitants du Grand Reims sont des bons trieurs en quantité et en qualité

Emmanuel Debaty, le directeur des déchets et de la propreté pour le Grand Reims

Plus écolo, plus économe

Les habitants du Grand Reims font l’effort du tri : en 2020 il y a eu plus de 800.000 visiteurs dans les 21 déchetteries du territoire. Mais l’agglomération assure qu’elle peut toujours faire mieux et ne compte pas réduire son budget pour atteindre ses objectifs. Aujourd’hui, le Grand Reims consacre 37 millions d’euros par an pour cette problématique.

D’ailleurs, en harmonisant la collecte et en instaurant des bacs à tri, l’autre motivation du Grand Reims est évidemment de faire des économies. Avec la loi de finances de 2019, la taxe sur la valorisation énergétique des déchets (l’incinération des ordures ménagères) va passer de 3 euros la tonne en 2019 à 15 euros en 2025.

“Pour le Grand Reims, cette augmentation représentera 900.000 euros par an, à partir de 2025”

Emmanuel Debaty, directeur des déchets et de la propreté pour le Grand Reims.

Une augmentation importante pour les communes, obligées de réagir pour ne pas voir un trou dans leur budget. “Pour le Grand Reims, cette augmentation représentera 900.000 euros par an, à partir de 2025”, précise Emmanuel Debaty, le directeur des déchets et de la propreté pour le Grand Reims. Avec les bacs à tri et une collecte plus fréquente, le Grand Reims espère donc réduire les déchets à incinérer.

On dépense de l’argent en augmentant les collectes et en installant des bacs à tri, mais cette dépense va être compensée par le coût de l’incinération qui augmente”.

Emmanuel Debaty a pour espoir que les habitants prennent l’habitude du tri d’ici 2025 et que le Grand Reims devienne exemplaire écologiquement tout en faisant des économies.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.