Polémique. L'école Espérance Banlieue fait sa rentrée ce jeudi à Reims

Jacques Girard - directeur de l'école Espérance Banlieue REIMS / © Nicole Fachet / France 3 Champagne-Ardenne
Jacques Girard - directeur de l'école Espérance Banlieue REIMS / © Nicole Fachet / France 3 Champagne-Ardenne

L'école Espérance Banlieue s'est implantée dans l'école publique Barthou, située aux frontières des quartiers Wilson, Châtillons et Maison Blanche à Reims. Réputée proche de La Manif pour Tous, avec port de l'uniforme obligatoire et chant de la Marseillaise, l'école fait grincer des dents.
 

Par FM

Depuis février dernier, il y a une école qui fait grincer des dents certains élus à la mairie de Reims.

Il s'agit de celle appartenant au réseau Espérance Banlieue (Cours Colibri), créé en 2012, avec pour vocation officielle de "scolariser les enfants des territoires marqués par un fort taux d'illettrisme et de décrochage scolaire pour lutter contre l'échec scolaire et transmettre le meilleur de la culture française, afin de permettre à ces jeunes d'épanouir leurs talents en apprenant à aimer leur pays." Au programme entre autre : chant de la Marseillaise, ou encore port de l'uniforme.

Cet établissement se dit aconfessionnel.

Outre les enseignements, c'est la nature de l'école qui est en cause pour les élus de l'opposition. L'école n'a aucun lien avec l'Etat, étant catégorisée comme "privée hors contrat". Pour l'opposition, l'implantation au sein d'un ensemble scolaire public est illégale. L'affaire quant à elle est toujours devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.
En février dernier, au moment de l'annonce de l'implantation de l'école dans ce lieu, l'Unsa avait lancé une pétition contre l'ouverture de cette école, avec plus de 500 signataires à l'époque.

Au total pour le moment, on dénombre 4 enfants inscrits à l'école de Reims. Il seront accompagnés par 2 professeurs des écoles. Une petite cérémonie de rentrée (avec levée de drapeau) est organisée ce jeudi 6 septembre à 13h30.

A noter que le réseau dispose d'un stand à la Foire de Châlons afin de se faire connaître et de recruter de nouveaux élèves.

A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus