Reims: Des lycéens nous racontent leur engagement pour le climat

© Florence Morel - France 3 Champagne-Ardenne
© Florence Morel - France 3 Champagne-Ardenne

Ils s'appellent Ryan, Clémentine, ou Pauline. Ils ont entre 15 et 19 ans et étudient au lycée professionnel Gustave Eiffel à Reims. Cinq lycéens rémois nous expliquent leur engagement contre le réchauffement climatique.
 

Par Florence Morel

Huit lycéens du conseil de vie lycéenne, "CVL", se présentent chacun leur tour, devant une classe de seconde professionnelle. Les jeunes rémois animent un atelier de sensibilisation au gaspillage alimentaire. Ces derniers présentent deux nouveautés aux élèves du lycée professionnel Gustave Eiffel. A compter de la rentrée de Pâques, un "salade bar" verra le jour au réfectoire et régulièrement, un producteur de la région offrira un fruit de saison aux adolescents.

Devant eux, une dizaine d'élèves écoute attentivement. S'ils ne paraissent pas très réactifs, c'est peut-être que la proviseure s'est déplacée, ou le temps maussade, ou encore l'heure du déjeuner qui approche. Finalement, après quelques relances, un jeune homme au fond de la classe se décide.

"Bah oui c'est important, le climat. Il faut que tous les jeunes s'impliquent, c'est notre avenir."
- Un lycéen de Gustave Eiffel, à Reims


Devant les journalistes, le ton est tout aussi hésitant, mais pas pour les mêmes raisons. Jouer au Youtubeur le temps d'une interview face caméra n'est pas une chose facile. Tous jouent le jeu, parlent beaucoup de tri sélectif, peu de la pollution causée par les grandes enseignes, l'agriculture ou l'industrie. Ces jeunes rémois.es sont unanimes : il est grand temps de prendre les choses en main.
 

Ryan, 15 ans, en seconde bac pro carrosserie

Elu au conseil de vie lycéenne, Ryan sensibilise au maximum ses camarades au tri des déchets.

"Même si les anciens ne l'ont pas fait, c'est important qu'on fasse tous un geste pour la planète. Quand je vois des détritus par terre, je les mets à la poubelle quoiqu'il arrive."
- Ryan, en seconde professionnelle, section carrosserie

Lisa, 16 ans, en première bac pro boulangerie pâtisserie

Lisa pourrait rencontrer le Premier ministre Edouard Philippe. Si l'élue au niveau national du conseil de vie lycéenne, dont elle est suppléante, ne se rend pas à cette rencontre, la jeune rémoise aimerait transmettre un message précis au chef du gouvernement.

"Il faut changer, écouter les jeunes. Ce sont eux l'avenir, ce ne sont plus eux, les élus. Si on ne fait rien maintenant, j'ai peur qu'on ne fasse plus jamais rien."
- Lisa, en première professionnelle boulangerie, pâtisserie

Lors de sa formation en boulangerie pâtisserie, Lisa apprend à ne rien jeter. "Si on rate, ce n'est pas grave. Les professeurs font tout pour rectifier le tir. Jeter, c'est impensable."
 
 

Pauline, 19 ans, en première bac pro cuisine

La lycéenne agit au quotidien. Tri, utilisation de l'eau... Pauline tente de tout rationnaliser.

"Je coupe l'eau en me brossant les dents, j'ai une poubelle jaune, une noire... J'en parle aussi à mes parents et à mes amis."
- Pauline, première professionnelle cuisine


Maxime, 16 ans, en première horticulture

Maxime apprend l'horticulture. Outre ses gestes quotidiens, il apprend à se passer des produits phytosanitaires. Ses professeurs le sensibilisent aux problématiques environnementales lors des enseignements professionnels.

"On nous apprend à se passer des insecticides. Par exemple, on introduit des coccinelles pour qu'elles mangent les pucerons, plutôt que des produits."
- Maxime, en première professionnelle horticulture

Clémentine, 17 ans, en terminale commercialisation et service en restauration

Elue au conseil de vie lycéenne, Clémentine se sent particulièrement concernée par les questions climatiques. Une partie de sa famille vivant dans les îles, elle se dit "particulièrement sensible aux ouragans" et aux séismes. Au quotidien, elle consomme local et applique le tri aussi bien chez elle que dans sa vie professionnelle. En tant que serveuse, elle accorde une importance capitale au tri sélectif.

"A notre échelle, on trie au maximum, on jette au minimum et on essaie de réutiliser ce qu'on peut. On calcule le nombre de clients et leur portion, pour que cela corresponde à la personne près."
- Clémentine, en terminale professionnelle service en restauration

Sur le même sujet

Les + Lus