• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Allemands, Anglais ou plus près de nous Rochelais ou Champardennais… quelques soient leurs origines, tous les pilotes du Rallye Monte-Carlo historique étaient sur les chapeaux de roue ce vendredi.

Le gardien fait rentrer une à une les voitures des 98 concurrents / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Le gardien fait rentrer une à une les voitures des 98 concurrents / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

 

La gorge se noue. Les vapeurs d'essence ne laissent aucun doute : le hall 3 est bien celui consacré au Rallye Monte-Carlo historique. En rang d'oignons, dans le parc des expositions de Reims, les 98 concurrents arrivent au compte-goutte, mitraillés par les passionnés de voiture.

Birgit et Steffi, un des huit duos féminins de la course

 

"Nous sommes toujours allées jusqu'au bout de la compétition"

Derrière la carrosserie blanche de leur Frod Escort RS2000, commercialisée en 1973, Birgit Binder et Steffi Edelhoff passent les derniers coups de chiffon avant d'y apposer les autocollants de mise. Depuis 2009, les deux Allemandes participent au Monte-Carlo historique. Sous sa polaire rose fushia et Steffi ne peut cacher une certaine fierté :

Nous avons remporté en tout six fois la compétition féminine. Nous sommes toujours allées au bout de la compétition et nous espérons que la chance va continuer à nous sourire.

Le couple de Rochelais est parti la veille pour arriver à temps à Reims

 

Une première pour un couple de Rochelais

Pour Marie-Agnès Millet et son conjoint, cette participation est une première. Leur Renault Alpine de 1967 -A100 10 1300 pour les connaisseurs, ils l'ont achetée spécialement pour la compétition :

Nous avions déjà six voitures, dont une Mini de 1992, mais aucune ne nous permettait de participer au Monte-Carlo historique


Assure la Rochelaise, doudoune bleu électrique sur le dos, presque aussi flashy que sa voiture. Avec son conjoint, ils sont partis de La Rochelle la veille au petit matin pour arriver à temps à Reims.

Olivier Lesein et Jean-Luc Girard, le Monte-Carlo, une histoire d'amitié

 

Pour Olivier Lesein et Jean-Luc Girard, le Monte-Carlo historique est une vieille histoire. Les deux comparses se connaissent depuis 1979. Et la Alphetta GTV (1977) qu'ils vont conduire jusqu'à la ville monégasque, ils la connaissent bien. C'est la première voiture de Jean-Luc, le copilote :

Je l'avais achetée à un docteur qui l'avait de première main.


"Il y a quelques années, Olivier voulait retrouver une voiture comme celle qu'il avait conduite à ses débuts. Je lui ai donc vendue l'Alfetta et nous voici tous les deux à l'intérieur aujourd'hui."

Steven Paul Graham, alias SPG, un pilote anglais et une mascotte

 

Un Anglais au volant d'une Italienne

Steven Paul Graham vient d'Angleterre. Sa Lancia (Fiat) Fulvia Rallye 1.3S de 1972, rouge flamboyant, a le volant du côté droit, ce qui n'a pas l'air de déstabiliser son propriétaire. Il y a même fixé un petit hamster sur le toit. Un hommage à ses initiales, SPG, le nom d'un hamster d'un programme télévisé de son enfance :

On faisait souvent référence à ce hamster à cause de mes initiales. J'adorais ce programme TV alors j'ai décidé d'en faire ma mascotte.

Sous les vieilles carrosseries se cachent les dernières technologies / Reims, le 2 février / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Sous les vieilles carrosseries se cachent les dernières technologies / Reims, le 2 février / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

 

Anglais, Allemandes, ou encore Portugais, tous ont passé le contrôle technique ce vendredi. En général, aucune voiture n'est refusée, ou alors les légers couacs, comme des fusibles usés, une ampoule usagée, sont vite réparés.

Au contrôle technique, rien n'est laissé au hasard

 

Ils prendront tous le départ à 19h sur la place de l'Hôtel de ville de Reims pour arriver à Monte-Carlo dans la nuit de mardi à mercredi.