Confinement et 1er mai : manifester depuis son canapé, c'est possible grâce à une application

Manifester dans la rue de son choix, aussi bien dans les grandes villes que dans les villages, c'est désormais possible virtuellement grâce à une application. Un choix de vile, un avatar un slogan : et le tour est joué pour ce 1er mai. 

Ce 1er mai 2020, dans l'après-midi, une trentaine de personnes a manifesté virtuellement dans les rues de Metz
Ce 1er mai 2020, dans l'après-midi, une trentaine de personnes a manifesté virtuellement dans les rues de Metz © France Télévisions
C'est une application qui peut faire sourire mais qui en temps de confinement peut se révéler terriblement efficace. Son nom : Manif.app. Une application qui permet à toute personne de glisser un avatar, un personnage virtuel, dans la ville de son choix grâce à une carte interactive, et de... Manifester ! "Votre avatar est visible publiquement sur la carte ainsi que tous les autres avatars" explique le site. "Vous pouvez aussi organiser une manifestation seulement en ligne, ou en rejoindre une déjà organisée, en invitant un grand nombre de personnes, à travers les réseaux sociaux par exemple, à venir manifester en même temps à un endroit donné sur Manif.app."

Manifestation virtuelle

A l'origine de cette initiative, lancée le 15 avril dernier, un artiste parisien Antoine Schmitt. L'idée a germé durant la crise des gilets jaunes. Le site précise qu'il est possible de "personnaliser votre avatar en lui associant une pancarte sur laquelle vous écrivez votre slogan. Vous pouvez déplacer votre avatar à volonté, ou l’enlever de la manifestation."

L'application garantit l'anonymat de l'utilisateur-manifestant et "ne partage ses informations avec aucune entité commerciale ou étatique. Manif.app ne transmet, ne stocke ni ne fournit d’aucune manière aucune de vos coordonnées ou information personnelle à qui que ce soit.. Seuls les avatars, leur position et leurs slogans sont transmis sur internet et sont visibles par les visiteurs du site."
 
Ce 1er mai 2020, on comptait en milieu d'après-midi une trentaine de manifestants virtuels à Metz et une vingtaine à Nancy. La révolution virtuelle n'en est qu'à ses balbutiements.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social coronavirus : conseils pratiques santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter