Conflit israélo-palestinien : les étudiants campent devant la présidence de l'université

Des étudiants campent, ce lundi 13 mai, devant l'entrée de la présidence de l'université de Lorraine à Nancy. Une délégation a été reçue pour présenter huit revendications, dans le cadre du conflit israélo-palestinien.

Un rassemblement d'une cinquantaine d'étudiants. Ils occupent, lundi 13 mai 2024, l'entrée des locaux de la présidence de l'université de Lorraine, Cours Léopold à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Cette manifestation est organisée par le Mouvement d'Etudiant.e.s Lorrain.ne.s pour la Palestine (MELP).

Ils sont soutenus par le syndicat étudiant UNEF, la CGT et le syndicat national de l'enseignement supérieur (SNESUP-FSU).

Lettre ouverte à la présidente de l'université de Lorraine

Cette nouvelle action étudiante s'inscrit dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Dans une lettre ouverte adressée à la présidence de l'université, elle exprime son inquiétude "face à la montée des violences en Cisjordanie, à l'encore du peuple palestinien et face aux massacres en cours dans la bande de Gaza".

Cette lettre comporte huit revendications parmi lesquelles, la création d'une commission d'enquête qualifiée pour examiner les collaborations présentes et futures avec les institutions académiques et entreprises israéliennes, la révision des collaborations de recherches liées à l'armement.

Les étudiants demandent aussi la garantie de leurs libertés fondamentales, notamment celle de débattre au sein de l'université, ainsi que l'arrêt de la répression, par le gouvernement, des étudiants mobilisés.

Je ne peux pas me résoudre à aller tranquillement en cours comme si de rien n'était alors que les Palestiniens se font massacrer.

Un étudiant mobilisé devant la présidence de l'université de Lorraine

Une délégation d'étudiants a été reçue dans la matinée de ce lundi par Hélène Boulanger, la présidente de L'université de Lorraine. Selon Gautier Dardenne secrétaire général de l'UNEF Lorraine, les représentants des étudiants sont ressortis déçus de l'entrevue. Seule la garantie de la liberté d'expression a été actée : "tous les autres points de la lettre ouverte ont été repoussés pour après la fin du conflit, c'est inadmissible !"

Une assemblée générale est prévue à 18hh ce lundi mais les étudiants ont l'intention de poursuivre leur mobilisation en campant dans la cour intérieure de la présidence.