Covid-19 : en Meurthe-et-Moselle, des centres de vaccination contraints de fermer, il n'y a plus de vaccin disponible

Dans un document que s'est procuré France 3 Lorraine, il apparait que le calendrier des vaccinations dans le département ne pourra pas être respecté. En cause, des problèmes d’approvisionnement du vaccin Pfizer. Des retards qui pourraient atteindre plusieurs semaines. Au minimum, un mois.

En Meurthe-et-Moselle, le calendrier de vaccination pourrait être décalé d'un mois.
En Meurthe-et-Moselle, le calendrier de vaccination pourrait être décalé d'un mois. © Yves Quemener, France Télévisions

Les premières injections Pfizer vont être stoppées pendant les prochaines semaines en Meurthe-et-Moselle. C'est l'information qui circule actuellement dans le milieu médical.

Les plans de livraison Pfizer communiqués par l’ARS Grand Est la semaine dernière indiquent une nouvelle baisse pour le département. Et la situation risque de se prolonger jusqu’à fin février. Parmi les causes avancées, des difficultés de production de l’usine du géant pharmaceutique.

Au regard des difficultés d’approvisionnement et dans l’attente de plus de visibilité, il a été demandé à certains centres de donner la priorité aux secondes injections. Par conséquent, des rendez-vous pour les premières injections vont être déprogrammés et reportés à une date ultérieure par la plateforme d’appel départementale. Tous les rendez-vous seront reprogrammés par la plateforme.

Ne pas pouvoir vacciner, c'est complètement aberrant alors que les variants arrivent

Gabriela Maureira, médecin généraliste

"Nous, ça nous révolte mais on n'a pas la main la dessus" explique Gabriela Maureira, médecin généraliste dans la banlieue de Nancy, "lorsque j'ai lu les infos, j'étais sidérée. Tout le monde a de quoi être en colère car tous les patients qui n'ont pas pu se faire vacciner à Nancy vont devoir attendre. Pourtant, ils sont éligibles ! Ne pas pouvoir vacciner, c'est complètement aberrant alors que les variants arrivent. Est-ce que les gens vont garder leur calme, difficile de répondre mais j'en doute."

La situation n'est pas encore confirmée pour les autres départements du Grand Est.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins