Exposition : L’artiste anticonformiste et féministe Mad Meg s’invite au musée des Beaux-Arts de Nancy

La talentueuse et subversive Mad Meg débarque dans les collections du musée des Beaux-Arts de Nancy. Du 10 octobre 2020 au 31 janvier 2021, découvrez des œuvres engagées et merveilleusement dessinées à la plume, à travers l’exposition « Margot l'enragée ».
 

Mad Meg devant "Feast of fools", 9m x 1,5m, encre de Chine.
Mad Meg devant "Feast of fools", 9m x 1,5m, encre de Chine. © Inès Pons-Teixeira
Féministe radicale, anticapitaliste, écologiste, Mad Meg rejette les valeurs dominantes et pose un regard acéré sur la société. Durant trois mois, à compter de samedi 10 octobre 2020, les visiteurs du Musée des Beaux-Arts de Nancy auront la chance de découvrir une artiste au travail colossal.
   

Une exposition subversive dans un cadre institutionnel 


Se retrouver aux côtés de pièces de Grandville, de Callot et d’autres grands maîtres exposés au Musée des Beaux-Arts de Nancy, c’est une première pour Mad Meg, peu habituée au contexte muséal. L’exposition « Margot l’enragée » a été conçue par l’artiste et Anne Richard, fondatrice de la revue d’art HEY ! modern art & pop culture. C’est elle qui a « découvert » Mad Meg en 2016.
 

Mon travail est de mettre en lumière des artistes méconnus, les œuvres de Mad Meg sont exceptionnelles. 

Anne Richard, commissaire d’exposition et fondatrice de la revue d’art HEY ! modern art & pop culture


L’œuvre de Mad Meg, est à la fois autobiographique et politique. Née en 1976, cette forcenée du dessin à l’encre de Chine puise ses références dans la littérature, l’actualité ou encore le dessin de presse. Celle qui n’est restée que deux semaines aux Beaux-Arts de Paris, car elle « en avait assez de l’école », livre dans ses productions un message politique radical. Pourtant, sa maîtrise technique n’a rien à envier aux grands peintres flamands comme Brueghel ou Bosch, dont l’artiste s’inspire.
 
C’est l’une des raisons pour lesquelles l’incroyable Feast of Fools, a été acquise par le Musée des Beaux-Arts de Nancy, pour sa collection permanente. Dans cette œuvre de presque 9 mètres de large, entièrement dessinée à la plume, Mad Meg pastiche la Cène de Léonard de Vinci. Autour de la table, des « patriarches » cafardeux, en costume de banquier.
 
Détail de l'oeuvre de Mad Meg "Feast of fools", 9m x 1,5m, encre de Chine.
Détail de l'oeuvre de Mad Meg "Feast of fools", 9m x 1,5m, encre de Chine. © Inès Pons-Teixeira

Derrière un sourire bienveillant et un enthousiasme communicatif, cette héritière de la « Dulle Griet » (en français « Margot la Folle ») du tableau du flamand Brueghel, fustige les idéologies et les valeurs dominantes. Du capitalisme, aux violences policières, en passant par le sexisme, les gilets jaunes ou le coronavirus, toute l’actualité est passée au crible par l'artiste.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
expositions événements sorties et loisirs société politique art culture femmes