Grand Nancy : circulation différenciée en cas de pic de pollution persistant dès le 1er juin

Pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants au moment des pics de pollution, le Grand Nancy met en place à partir du 1er juin 2021 le système de circulation différenciée basé sur les vignettes Crit’Air. Mode d’emploi. 

Dans la ZFE, les véhicules sont classés en fonction des vignettes Crit'air, qui indique leur niveau de pollution
Dans la ZFE, les véhicules sont classés en fonction des vignettes Crit'air, qui indique leur niveau de pollution © Anne-Laure Chery/Francetv

Dès le 1er juin 2021, dans la Métropole du Grand Nancy, à partir du deuxième jour d’un pic de pollution (de 6h à 20h), seuls les véhicules possédant une vignette Crit'air classée de 0 à 3 seront autorisés à circuler.

La mesure a été prise après une consultation publique. Elle concernera tous les axes de circulation de la Métropole sauf l’A31, l’A33 et l’A330 (au sud de l’échangeur A33/A330). Les parkings-relais Gentilly, Laxou et Brabois seront accessibles et gratuits.

Tout véhicule circulant sur le territoire de la Métropole doit être équipé de sa vignette Crit’Air lorsque la circulation différenciée est activée. Si vous entrez dans Nancy en provenance d’une autre commune de Lorraine ou d’une autre région, vous devrez donc être munis de la vignette.

"Il est hors de question que la transition écologique soit un prétexte à alourdir la situation financière de chacun, surtout en ce moment. Les transports en commun seront gratuits dès le 2ème jour de la procédure d'alerte et dès le 1er mars à titre pédagogique", a précisé Mathieu Klein, le président de la Métropole.

 

 

En cas de non respect, vous risquerez une contravention de 68 euros (135 pour les poids lourds).

Quels véhicules seront classés en 4 ou 5 ?

Les catégories 4 et 5 représentent environ 10% des 100.000 véhicules qui transitent chaque jour dans la Métropole du Grand Nancy.

Il s'agit de : ​​​​​​

 

Les classifications des véhicules.
Les classifications des véhicules.

 

Les dérogations

- professionnels ou associations assurant un service médical, vétérinaire, paramédical et transports sanitaires
- véhicules d’interventions d’urgence assurant une mission de service public (voiries, réseaux de transports et réseaux "secs et humides")
- transports en commun
- personnes handicapées (GIG, GIC)
- véhicules servant lors de l’évacuation des véhicules en panne ou accidentés en intervention
- transports de denrées périssables

Comment obtenir sa vignette

Pour obtenir une vignette Crit’Air, il faut se rendre sur le site du Ministère de la transition écologique (attention aux site frauduleux). Il vous en coûtera 3,67 € (frais de port inclus) Elle vous sera envoyée à l’adresse de votre carte grise. Elle est valable pendant toute la durée de vie du véhicule et dans toute la France.

Alerte par sms

Lors des pics de pollution, vous pourrez être informés la veille par mail ou SMS du déclenchement de la circulation différenciée, en plus du système d'information sur les radios et les panneaux routiers. Le dispositif est gratuit. Il suffit de s'inscrire sur une plateforme internet

A Strasbourg, depuis sa mise en place, la mesure a été appliquée trois fois (de 2 à 4 jours). Pas du tout en 2020 grâce aux effets des confinements. Selon Atmo Grand Est, cela pourrait concerner 3 à 4 jours par an à Nancy.

En savoir plus sur la pollution routière

Selon le Grand Nancy, le secteur routier est l'un des principaux secteurs contribuant à la pollution atmosphérique : il émet 58% des émissions d’oxydes d’azote et 25% des particules fines. L’autorisation de circulation pour les véhicules équipés des certificats Crit’Air 0 à 3 est jugée plus efficace que la circulation alternée en fonction des plaques paires ou impaires. Elle touche également moins de véhicules. Un véhicule classé 5 émet autant de particules que 33 véhicules classés 1.
Selon Chaynesse Khirouni, vice-présidente du Grand Nancy en charge de la transition écologique, "la pollution de l'air est responsable de près de 50.000 décès prématurés par an en France et 5000 dans le Grand est, sans compter les maladies respiratoires."
La Région Grand Est est touchée par une surmortalité de 40 % pour la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive).

Cliquez pour comprendre comment est mesurée la qualité de l'air à ATMO Grand Est (ex-AIR Lorraine)

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie pollution environnement circulation transports