INFO F3. Nancy : l'ex-directeur du théâtre de la Manufacture Michel Didym visé par une plainte pour viol

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yves Quemener, Jean-Christophe Panek avec Edouard Da Costa
Michel Didym, ex-directeur du théâtre de la Manufacture de Nancy.
Michel Didym, ex-directeur du théâtre de la Manufacture de Nancy. © Didier Bert. France Télévisions.

Le metteur en scène et ancien directeur du théâtre de la Manufacture à Nancy est accusé de viol. Une plainte a été déposée contre Michel Didym. Une enquête a été ouverte par le tribunal judiciaire de Nancy.

Aujourd'hui, c'est un fait, hier, c'était encore une rumeur. Elle courait depuis plusieurs mois et a été réactivée ces dernières semaines. Des plaintes pour agressions sexuelles et une pour viol auraient été déposées à Nancy et à Paris contre l’ancien directeur du théâtre la Manufacture à Nancy. 

Une partie de ces accusations est aujourd’hui confirmée par le procureur de la République de Nancy auprès de France 3 Lorraine. "Je n’ai pas l’habitude de communiquer sur les affaires de mœurs qui sont toujours délicates à traiter puisque bien souvent nous sommes confrontés à la parole de l’un contre la parole de l’autre (surtout lorsque l’affaire est ancienne), explique François Pérain dans un mail à France 3 Lorraine. "

Je peux toutefois vous confirmer le dépôt d’une plainte contre Michel Didym pour viol et l’ouverture en conséquence d’une enquête." L'enquête a été confiée à la brigade des moeurs à la Sûreté départementale à Nancy. "Le dossier est très sensible", raconte une source proche du dossier sollicitée par France 3. 

Joint par téléphone jeudi 8 mars 2021, l'ancienne ministre de la Culture, Aurélie Filippetti s'est déclarée "horrifiée", précisant qu'elle "attendait les résultats de l'enquête". De son côté le maire de Nancy, Mathieu Klein répond : "Il faut maintenant que la justice fasse son travail. Je réaffirme ma solidarité à l’égard de toutes les victimes de violences sexuelles et de viols, leur parole doit être entendue et prise en charge en toutes circonstances".

Michel Didym mis en cause dans un tract en 2019

En février 2019, Michel Didym a porté plainte contre X après la distribution de tracts devant l’Opéra, la Manufacture et le cinéma Caméo à Nancy. Lors de la première de "7 minuti" à l’Opéra de Lorraine, dans une mise en scène qu’il avait signée, on pouvait lire dans ces tracts un texte faussement signé par le metteur en scène où il était question "d’une relation inappropriée avec une jeune comédienne".

La journaliste du site Opera-online avait évoqué l’incident en qualifiant le tract de "papier accusateur apparemment diffamatoire, signé faussement de sa main et distribué à l’entrée de l’opéra", affirmant au passage que le nom de Michel Didym avait été "sali".

Dans un communiqué de presse, intitulé "L’impossible metoo du spectacle français“, publié par plusieurs associations contre les violences sexistes, on pouvait cette fois lire concernant l'événement : "le milieu du spectacle a choisi le silence et le déni. Chronique non exhaustive des affaires de violences sexuelles et sexistes classées sans suite ou déboutées par la justice parues par voie de presse au cours de la dernière saison : «Jan Fabre accusé d'harcèlement sexuel et d'humiliations par des danseurs de sa compagnie», (Les Inrocks, 14 septembre 2018), «Charles Dutoit revient à la tête de l'Orchestre National de France sur fond de polémique» (Le Figaro, 1er février 2019)".

A lire également l’article de L’Est Républicain "«Opéra de Nancy : Michel Didym visé par un tract diffamatoire» (L’Est Républicain, 2 février 2019) … Le silence qui entoure et protège ces faits, témoigne d’une culture du viol et d’un écosystème sexiste où la culture ne fait pas « exception»".

Pas de commentaires...

La direction du théâtre la Manufacture

L’ancien maire de Nancy, Laurent Hénart, n’a pas répondu à nos sollicitations. L’actuelle direction du Théâtre de la Manufacture à Nancy, où Julia Vidit a succédé à Michel Didym à l'automne dernier, s'est contentée d'une simple phrase : "pas de commentaires". Rien de plus. 

Pendant dix ans, de 2010 à décembre 2020, Michel Didym a occupé le poste de directeur du théâtre de la Manufacture (CDN Nancy-Lorraine).

Quel avenir pour Michel Didym à Metz ?

Avec sa compagnie, Boomerang, Michel Didym est revenu s’installer à Metz (Moselle). Dans un récente délibération du conseil municipal de la ville de Metz, on pouvait y lire : "Michel Didym, attaché à la ville et fort d'un longue et riche parcours artistique, a su s'investir sur le territoire depuis plus de 20 ans et souhaite développer à l'automne 2021 des actions de médiation et d'éducation artistique et culturelle autour de spectacles programmés dans les institutions culturelles et les établissements scolaires de Metz."
 

Pour nous, Michel Didym est présumé innocent

Patrick Thil, adjoint à la culture de la ville de Metz

Contacté par téléphone vendredi 9 avril, l'adjoint à la culture de la ville de Metz, Patrick Thil déclare avoir bien pris connaissance de la plainte à l'égard de Michel Didym mais "je ne commente pas ce genre d'affaires et je vais attendre que la justice se prononce. Michel Didym revient à Metz et Metz l'accueille dans sa ville. A l'occasion de la saison prochaine, il est déjà programmé sur quelques scènes messines dont l'Opéra Théâtre. Pour nous, Michel Didym est présumé innocent. C'est simple, il continue à avoir notre confiance en attendant que la justice se prononce. Il y a des accusations mais il faut bien savoir qu'il y a beaucoup d'affaires où ça se révèle faux."

Un signalement du Ministère de la culture

Dans un article publié ce dimanche 11 avril, le site Sceneweb.fr avance qu'en parrallèle de “la plainte de la victime”, “le Ministère de la culture nous a confirmé avoir fait un signalement, au titre de l’article 40 du code de procédure pénale. Depuis plusieurs mois, le Ministère de la culture multiplie les signalements auprès de la justice afin de prendre toute la mesure des violences sexistes et sexuelles dans le milieu culturel. Cette démarche a été engagée depuis 2017 dans le cadre d’une action en faveur de l’égalité et de la diversité, et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein de ses propres services et établissements et dans l’ensemble du champ des politiques culturelles.” Contacté par France 3 Lorraine, le Ministère de la Culture n'a pas confirmé sa démarche.

L’article 40 du code de procédure pénale impose l’obligation, "pour toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire, dans l’exercice de leurs fonctions", de signaler des crimes ou délits dont il a connaissance.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.