Journée d'action des grévistes SNCF en Lorraine : la direction dénonce "des exactions intolérables"

Un agent d'accueil de la gare de Nancy est arrêté pour 5 jours suite à un jet de pétard lors de l'envahissent du bâtiment de la direction régional de la SNCF, lundi 14 mai, en fin de matinée. La direction condamne cette intrusion ainsi que "les exactions" constatées ce matin sur plusieurs lignes.

La direction régionale de la SNCF à Nancy a publié un communiqué ce lundi 14 mars 2018 dans l'après-midi pour dénoncer plusieurs "actes de malveillance" qu'elle juge "intolérables", survenus dans la matinée à l'occasion de la 18e journée de grève des cheminots contre le plan rail du gouvernement.

Un agent d'accueil blessé

Vers 10h25, des manifestants ont pénétré dans le bâtiment de la direction régionale à Nancy déclenchant à deux reprise l'alarme-incendie, ce qui a provoqué l'évacuation du bâtiment.

A cette occasion, un pétard a explosé dans le hall d'accueil, "blessant l'agent chargé de l'accueil", explique la direction dans son communiqué

"Après un passage par les urgences ORL de l'hôpital de Nancy, il lui a été prescrit un arrêt de travail de cinq jours." Vincent Téton, directeur régional TER Grand Est.


Des pétards sur les voies

La direction régionale, qui condamne "cet acte intolérable", évoque également d'autres "exactions".

Elle précise que des pétards ont été posés sur les lignes Metz-Luxembourg, Saint-Dié-Nancy et Metz-Forbach, provoquant des retards sur un vingtaine de trains et la suppression de six autres TER.