Meurthe-et-Moselle : le port du masque de nouveau obligatoire en extérieur, "il y a un ras-le-bol"

La préfecture de la Meurthe-et-Moselle a annoncé des nouvelles mesures sanitaires. Depuis lundi 15 novembre 2021, le port du masque redevient imposé lors des rassemblements et autour des établissements scolaires. À Nancy, les habitants sont mitigés.

La mesure est effective depuis ce lundi 15 novembre. Le préfet Arnaud Cochet a annoncé, vendredi 12 novembre 2021, l'obligation du port du masque "pour tout piéton de 11 ans et plus, sur la voie publique ou dans l’espace public, lors des rassemblements de toute nature". Traduction : un renforcement des gestes barrières en Meurthe-et-Moselle. 

Les habitants devront appliquer la règle dans les marchés non couverts, les brocantes, les ventes au déballage et les fêtes foraines.

Le masque est exigé également devant les entrées des crèches et des établissement scolaires. "C’est un peu ridicule. Certainement qu’il y a un groupement de parents qui viennent chercher leurs enfants à 50 mètres de l’école, mais ils restent à l’extérieur. Cela ne change rien", assure Renaud, chef d’entreprise.

Ces mesures s’ajoutent au retour du masque dans les écoles primaires en France, annoncé par le Premier ministre, le 10 novembre. "Ce n’est pas terrible pour eux. Je ne doute pas que ce soit difficile à gérer, mais c’est vrai qu’il y a un ras-le-bol", ajoute quant à elle Patricia, Nancéienne d’origine.

Il y a un léger relâchement

Philippe, retraité

Le taux d’incidence est élevé dans le département. La préfecture recense 64,3 nouveaux cas / 100.000 habitants du 31 octobre au 6 novembre 2021. "Il y a un léger relâchement", affirme Philippe. L’ancien fonctionnaire estime que "ce sont des mesures nécessaires au regard de ce que nous avons vécu".

L'obligation du port du masque en extérieur a été suspendue le 4 octobre 2021. Arnaud Cochet rappelle que le port du masque en extérieur, en dehors des rassemblements, reste fortement conseillé.

Pour le moment, les autorités ne prévoient pas le masque dans les établissements où le pass sanitaire est nécessaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société