Nancy : des robots et des étudiants d’Artem sélectionnés au Festival d’Avignon

Le spectacle "we are the robots" imaginé par les étudiants d’Artem de Nancy a été sélectionné pour le Festival d’Avignon. Cette pièce mêlant humains et robots sera présenté les 15 et 16 juillet au Grenier à sel.

La scène est édifiante : l’étudiant quitte son fauteuil et annonce son désir de sortir. Le robot au gentil visage tout rond réagit : "il est vingt heures treize minutes et cinquante-six secondes. Selon les dernières statistiques de sécurité, 76,2 % des agressions ont lieu après dix-neuf heures. Etes-vous certain de vouloir sortir ?".

Cette pièce est le résultat d’un travail transdisciplinaire réalisé par les élèves de Mines Nancy, ICN Business School et de l’Ecole nationale d’art et de design de Nancy. Elle mêle composition théâtrale et programmation robotique.

Patrick Hénaff professeur à l'Ecole des Mines est copilote du projet avec Alain Dutech, chercheur à l'INRIA. Si les robots sont aujourd'hui encore cantonnés dans les laboratoires et les écoles, ils ne vont pas tarder à entrer dans le quotidien futur des humains.

On se pose la question de savoir comment les robots humanoïdes interagissent avec les personnes et comment les personnes vont accepter et interagir avec eux, donc il y a des questions fondamentales derrière

Patrick Hénaff, copilote de la création "we are the robots" à Artem

"We are the robots" repose sur un scénario simple mais efficace: les robots qui peuplent notre futur se rebiffent et veulent prendre le pouvoir. Face à ce qu'il considère comme un défaut de conception, le fabricant rappelle tous les modèles pour opérer une modification comme il arrive aujourd'hui aux constructeurs automobiles de le faire. Un client va refuser et garder son robot en l'état...

De l'aveu des créateurs du spectacle, nous sommes loin des dystopies façon "Terminator". Le but vise à anticiper, à se poser des questions éthiques. Dans la pièce, les robots apportent leur contribution en menant une micro-enquête sociologique auprès des spectateurs. Il s'agit à terme de leur implémenter des comportements que les humains accepteraient.

L'aboutissement du projet est aussi le résultat du concours de Raphael Gouisset. L'artiste est membre du collectif "Particules". Il incorpore les moyens numériques dans ses créations: "au sein des Particules j'explore les possibilités et les manières d'intégrer le numérique et plus particulièrement le web à l'art vivant"  

Avoir été contactés par le Mutalab pour participer au Festival Off d'Avignon a été une vraie surprise car le but de l'atelier d'Artem était à l'origine purement pédagogique. Patrick Hénaff ne cache pas son plaisir, c'est aussi une vraie reconnaissance avec forcément,une dose de stress.

Trois encadrants, sept étudiants et six robots participerons en tout à quatre évènements: deux représentations et deux ateliers robotiques. Cela est déjà en soi une belle performance culturelle, technique et artistique.