Nancy : l'inquiétude des chercheurs d'emploi face à la réforme des indemnités chômage attendue en 2021

La réforme de l’indemnisation chômage voulue par le gouvernement devrait passer l’hiver pour la plus grande inquiétude des chercheurs d’emploi déjà confrontés à la crise sanitaire. Ils craignent avec le nouveau mode de calcul de plonger un peu plus dans la précarité.
Une agence Pôle emploi dans le Grand Est.
Une agence Pôle emploi dans le Grand Est. © France Télévisions
La réforme des indemnités journalières de référence prévue pour entrer en vigueur le 1er janvier 2021 a été retoquée le 25 novembre dernier par le Conseil d’Etat "car elle porte atteinte au principe d’égalité entre allocataires" Avec ce nouveau mode de calcul le salaire journalier de référence peut varier du simple au quadruple pour un même nombre d’heures travaillées. Le gouvernement prévoit des aménagements sans renoncer à son projet.

Zéro offre

Longtemps installé à Paris, Stéphane Godet est revenu en Lorraine. Administrateur culturel de formation, il recherche un poste dans le secteur de la culture.
Stéphane Godet, chercheur d'emploi
Stéphane Godet, chercheur d'emploi © Stéphane Godet
Il a multiplié les contacts et les entretiens en visio-conférences avec des interlocuteurs souvent masqués, ce qui rend les échanges un peu artificiels. Depuis 18 mois, il enchaîne les actes de candidature mais aucune n’a encore abouti.

Je suis abonné à ProfilCulture, un site spécialisé dans les métiers culturels, J'ai vu brutalement disparaître les offres. J’ai cru qu’il y avait un problème avec mon abonnement mais non, il n’y a aucun poste !  

Stéphane Godet, chercheur d'emploi


Depuis la crise sanitaire et l’arrêt des spectacles le marché de l’emploi dans le secteur de la culture est atone. Pas question pour autant de baisser les bras.

Se débrouiller sans Pôle emploi

Arrivé en fin de droits, Stéphane Godet a décidé de mettre un terme au supplice de Sisyphe. Il se passera des indemnités et ne compte pas sur Pôle emploi pour trouver un travail qui correspond à ses compétences. Inutile de rajouter une inquiétude supplémentaire dans un climat déjà bien anxiogène.

Je reste optimiste, la vie culturelle reprendra son cours à partir du 15 décembre.

Stéphane Godet, chercheur d'emploi


Stéphane Godet n’est pas inactif, il s’investit dans le bénévolat caritatif. Il est aussi administrateur au CCAM et continue d’entretenir sa plume de chroniqueur de spectacle sur son blog.

La double exclusion

Pierre est titulaire d’un doctorat en droit et d’un DESS en management des organisations médico-sociales. Il a connu des périodes de chômage mais celle-ci est particulièrement éprouvante. Sa mission contractuelle de gestionnaire dans un service des finances publiques s’est achevée le 3 septembre 2020. Comme Stéphane, il constate la raréfaction dramatique des offres d’emplois. Comme Stéphane il n’attend rien de Pôle emploi à part l’inscription obligatoire pour ouvrir ses droits à indemnités.

Pôle Emploi est débordé, ils doivent faire du chiffre et avec les universitaires ils ne savent pas faire. Ils ne savent pas où nous caser

Pierre, chercheur d'emploi

Il se sent doublement marginalisé: coupé du monde des actifs parce que chercheur d’emploi et coupé de la société à cause du confinement. Ce que confirme Didier Fessard de l’association Solidarités nouvelles face au chômage.

Le chômage isole et c’est encore plus catastrophique avec le Covid.

Didier Fessard, bénévole à Solidarités nouvelles face au chômage

Solidarités nouvelles face au chômage ne se substitue pas à Pôle emploi, elle agit en complémentarité. l’association propose un accompagnement humain. Pierre en bénéficie et regrette de ne plus pouvoir avoir d’entretien direct et chaleureux avec les accompagnants.
Solidarités nouvelles face au chômage.
Solidarités nouvelles face au chômage. © Delphine Blast
C’est important pour affronter les difficultés, pour se motiver et être à nouveau acteur de la société. Même s’il comprend le bien-fondé des mesures sanitaires, il souffre d’autant plus du double isolement qu’il vit seul.

Vent debout contre la réforme de l’indemnisation chômage

Dans ce climat anxiogène, la réforme de l’indemnisation chômage rajoute une dose d’angoisse. Cette réforme du calcul des indemnités journalières est voulue par le gouvernement. Elle risque selon le collectif Expressions qui regroupe six organisations syndicales et associatives dont Solidarités nouvelles face au chômage de faire baisser le niveau d’indemnisation et de précipiter de nombreux allocataires dans la pauvreté. Il demande son abandon pur et simple.

Les durées de cotisations ont déjà été rallongées pour avoir droit à des indemnités, il ne faut pas en plus rajouter de nouvelles difficultés.

Didier Fessard, bénévole à Solidarités nouvelles face au chômage

Pierre en est convaincu, si cette réforme impacte le pouvoir d’achat, il craint de se retrouver l’année prochaine comme de nombreux demandeurs d’emploi sous le seuil de pauvreté.

Une grande conférence

SNC n’est pas opposé à une grande réforme de l’indemnisation chômage car de nouvelles populations seront bientôt concernées : les indépendants et les auto-entrepreneurs. L'association appelle aussi à une grande conférence sociale et écologique où tous les acteurs seraient conviés afin de remettre en route l’économie en prenant en compte les nouvelles données du marché de l’emploi.
En attendant, Solidarités nouvelles face au chômage ne perd pas de vue l'urgence. Elle a mis en service un numéro vert : 0805.034.844 pour répondre à toutes les questions des chercheurs d’emploi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie