Nancy : manifestation de policiers devant le tribunal, "nous sommes démoralisés et très fatigués"

Les syndicats de policiers se sont rassemblés mardi 20 avril, à 12h30, devant le palais de justice de Nancy. Des fonctionnaires, actifs et retraités, en colère après le verdict du tribunal de Paris. Selon eux, "la violence va crescendo jour après jour". 

Rassemblement de policiers mardi 20 avril devant le tribunal de Nancy.
Rassemblement de policiers mardi 20 avril devant le tribunal de Nancy. © Didier Bert, France télévisions

Une petite trentaine de policiers se sont rassemblés mardi 20 avril 2021 devant le tribunal de Nancy. Ils dénoncent "le laxisme du parquet" après un verdict de la cour d'assises des mineurs de Paris.
"On condamne le laxisme de la justice. Le verdict remue beaucoup de choses. On veut des peines plancher (peines incompressibles imposée par la loi, NDLR), des peines incompressibles", explique le secrétaire départemental 54 du syndicat Alliance. "Oui, on est fatigués et même démoralisés car cette violence va crescendo".

Franchement, on ne comprend pas.

un policier du syndicat alliance-police 54

Et aujourd'hui, la colère est unanime chez les forces de l'ordre.
Quatre ans après la violente agression de policiers à Viry-Châtillon dans l’Essonne, la cour d’assises des mineurs de Paris a condamné en appel cinq jeunes, à des peines allant de 6 à 18 ans de réclusion et acquitté les huit autres accusés. Un verdict moins sévère qu'en première instance. Les accusés risquaient la réclusion criminelle à perpétuité. Ils étaient accusés d'avoir fait partie de la vingtaine de personnes qui, le 8 octobre 2016, avaient attaqué en pleine journée deux voitures de police, brûlant deux fonctionnaires par des jets de cocktail Molotov.

Une manifestation et une vague de protestation qui traduisent une indignation qui n'est pas nouvelle dans les rangs de la police, "l'observatoire national des violences policières montre une situation assez dramatique des violences policières en France. Aussi, on demande deux choses : l'application des peines prévues pour les agressions contre les policiers, et l'exécution totale des peines prononcées par les tribunaux". 

10.000 policiers supplémentaires en France

Dans un entretien au journal Le Figaro, lundi 19 avril, Emmanuel Macron a défendu sa stratégie sur la sécurité.
En particulier, il a promis de tenir son objectif de 10.000 policiers supplémentaires d'ici à 2022, dont 35 de plus à Nancy.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité manifestation économie social justice faits divers