Nancy : son comportement jugé trop léger, une jeune femme frappée et torturée par son frère

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Lorraine avec AFP

"Comportement trop léger", vêture jugée "indécente" durant le ramadan, il n'en a pas fallu plus pour provoquer un véritable accès de violence d'un frère sur la personne de sa propre soeur, mardi 29 mai à Nancy. La jeune femme de 25 ans a été frappée au visage, dans les côtes, et torturée.

Le ramadan est connu, à l'instar d'autres fêtes religieuses, pour être un moment de partage, d'écoute, et de fraternité.

Hélas, certains ont une vision beaucoup plus rigoriste de cet événement.
C'est ainsi qu'une jeune femme de 25 ans en a fait les frais, mardi 29 mai 2018 à Nancy.

Le frère de la jeune femme, employée de banque, se rend mardi au domicile de sa soeur, à qui il reproche notamment  un "comportement trop léger", une vêture jugée "indécente" durant le ramadan.

A ces reproches, s'ajoute le fait que la soeur héberge un homme à son domicile.
Ce qui déchaîne le frère.

Le compagnon de la future victime est alors chassé de l'appartement avec pertes et fracas, et c'est au tour de la jeune femme de subir les foudres de son frère.

Il se met alors à frapper la victime au visage et dans les côtes, puis lui coupe les cheveux avant de lui entailler le cuir chevelu, provoquant alors une plaie vive d'une longueur de plusieurs centimètres.

Mais fureur et accès de violence ne s'arrêtent pas là.

Le compagnon de la victime, resté en bas de l'immeuble et qui a appelé les secours, est à son tour pris à partie, et frappé par l'auteur de l'agression, avec un autre frère appelé en renfort.

Alors que la deuxième victime ne doit son salut qu'à sa fuite, les deux mis en cause sautent dans leur voiture, le poursuivent, et tentent de l'écraser !


Avant de le menacer de mort, à plusieurs reprises, devant le commissariat de Police où la victime se rendait et trouvait refuge.

Le frère à l'initiative de l'expédition punitive a déclaré aux policiers que sa soeur "était au courant" qu'il y a des "principes culturels et familiaux vis-à-vis du respect de soi-même".

Elle avait été "prévenue à plusieurs reprises" qu'elle ne devait pas se "comporter ainsi" et "encore moins durant le mois du ramadan", selon le récit de François Pérain, Procureur de la République de Nancy.

Les deux suspects, nés en 1982 et 1985, ont été placés en garde à vue mardi soir et seront présentés devant la justice à Nancy jeudi 31 mai 2018.

Une information judiciaire pour actes de torture ou de barbarie, violences volontaires aggravées, tentative de meurtre et menaces de mort réitérées devrait être ouverte jeudi après-midi par le Parquet de Nancy, qui va requérir le placement en détention provisoire des deux mis en cause, a indiqué François Pérain.