Nancy : un jeune sourd dénonce ses difficultés à trouver un emploi dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux

C’est un cri en langues des signes que Yasin, un jeune diplômé, sourd de naissance, a posté sur les réseaux sociaux fin février. Son handicap, auquel s’est ajoutée la crise liée au coronavirus, est une vraie galère pour lui.

 

Yasin Célik : Trouver un emploi en période covid quand on est sourd
Yasin Célik : Trouver un emploi en période covid quand on est sourd

Pour Yasin Célik, comme pour beaucoup de jeunes diplômés, l'année 2020 n’était pas la bonne pour arriver sur le marché du travail. Pour lui encore plus que pour d’autres en raison de sa surdité.

Ma surdité pose problème. Je ne comprends pas pourquoi.

Yasin Celik

Pourtant, il est plein de ressources. Avec son diplôme en poche, il cherche un poste de technicien. "Je suis à la recherche d’un poste dans un bureau d’études électrique comme programmateur KNX ou en domotique. Mais ma surdité pose problème. Je ne comprends pas pourquoi". 

D’ailleurs, en février 2020, il trouve un poste en intérim pour deux mois avec la possibilité que le contrat se transforme en cdd puis en cdi. Mais la pandémie s’abat sur le monde et comme beaucoup, l’entreprise renonce à tout recrutement.
Pour Yasin, c’est la déception. Car cette société n’avait pas de difficulté avec la surdité du jeune homme. Elle avait même mis en place une application "robot vocal" pour pouvoir communiquer avec lui. 

Après cela, Yasin a redoublé d'efforts, avec pas moins de mille courriers envoyés dans plusieurs régions de France, mais pas seulement. Il a élargi ses recherches au Luxembourg et à la Suisse. "C’est un échec" écrit-il. Et parfois, les réponses qu’on lui oppose, directement liées à sa situation de jeune sourd, le laissent dans une détresse totale. Yasin en a fait  une vidéo pleine d’humour. 

Difficultés liées aux masques

Dans cette vidéo, Yasin explique l’absurdité de certaines situations.
Comment pourrait-il parler avec une personne qu’il n’entend pas à travers un interphone. Dès la porte d’entrée, le voilà déjà bloqué. Les choses se sont aggravées avec le coronavirus. Il est privé de la lecture labiale. Auparavant, il pouvait déchiffrer en lisant sur les lèvres. Avec les masques, c’est mission impossible. Et s’il essaie de faire comprendre à la personne que cela l’arrangerait qu’elle enlève son masque tout en restant à distance, il essuie un refus catégorique. 

Pourtant, je ne suis pas aveugle.

Yasin Célik

Encore plus absurde, le problème de la sécurité incendie. Lors d’un entretien, on lui a expliqué qu’en cas d’incendie, il ne serait pas prévenu du fait de sa surdité. Ce qui, pour son interlocuteur, n'était pas envisageable.
"Pourtant, je ne suis pas aveugle", s’indigne Yasin. "Je peux voir les flashes et surtout le comportement des personnes présentes." Il ajoute : "Je me pose souvent la question : les sourds ont-ils vraiment accès à un travail en entreprise, en milieu ordinaire ?"  

Mais pas question de baisser les bras : Yasin a réalisé une petite annonce sous forme vidéo en langue des signes : 

En voici le contenu : "Bonjour. Je m’appelle Yasin. Je cherche un poste de domotique ou bureau étude électrique sur les régions de Franche-Comté, lorraine ou Alsace ou au Luxembourg ou en Suisse. J’ai un diplôme : une licence professionnelle Intelligence Technique et Énergétique du Bâtiment (2017). J'ai une expérience d'un an comme  technicien " courant faible" chez Eimi Élec à Etupes. La crise du covid a mis mon parcours en échec. Je n'ai plus de contrat. Je recherche une autre entreprise. La crise covid me pose des problèmes de communication. Je suis bloqué. Je n'ai pas d'accessibilité.

3 fois plus de chômage 

Face à la crise sanitaire, les personnes en situation de handicap ont pu se sentir plus vulnérables. L'agéfiph a fait réaliser une enquête en 2020.

En 2009, la population des sourds profonds présentait un taux de chômage trois fois plus important que les normo-entendants, selon ce travail universitaire réalisé en 2012. Et les freins à l'embauche sont très nombreux, comme l'explique cette autre étude de 2014.  

Le foot et la comédie

Yasin Célik s’est déjà fait remarquer sur les réseaux sociaux. Pour sa passion pour le foot et sa capacité à convaincre les joueurs et les personnalités à faire des selfies avec lui.

© Yasin Célik Facebook

Il est aussi fan d’humour et publie régulièrement des sketches sur son compte Facebook. La crise sanitaire lui a aussi retiré ces passions. Mais il n'abandonne pas. "Dès que la crise sera terminée, je recommencerai".

Il a aussi rencontré récemment une réalisatrice avec qui il est en contact. "Elle est intéressée par une personne sourde. J’ai toujours rêvé d’être acteur. Mais je sais que je n’ai que peu de chances de réaliser ce rêve".

 Pour l’instant, Yasin rêve d’un emploi et que la crise sanitaire cesse pour qu’il puisse lui aussi retrouver du contact à l’extérieur.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société emploi économie