"On n’arrive pas à dormir, ça pue, c’est horrible", des milliers d'étourneaux envahissent un quartier dans l'agglomération de Nancy

Des fientes, des nuisances sonores et olfactives. Depuis plusieurs semaines, des milliers d'étourneaux perturbent le quotidien des habitants d'un quartier de Maxéville, dans l'agglomération de Nancy (Meurthe-et-Moselle). La ville a contacté un fauconnier pour tenter d'éloigner ces hordes d'oiseaux qui exaspèrent les riverains.

La Quotidienne des Régions
Tous les jours à 13h, notre rédaction vous réserve le meilleur de l'info régionale. Une sélection rien que pour vous, pour rester en lien avec vos régions.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "La Quotidienne des Régions". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La situation est devenue insupportable pour les habitants de la rue de la Blette, à Maxéville, dans l'agglomération de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Depuis plusieurs semaines, des étourneaux ont pris leurs quartiers au milieu des immeubles et provoquent de nombreuses nuisances.

La municipalité cherche des solutions et multiplie les opérations de nettoyage. Un fauconnier doit notamment intervenir dans les prochains jours.

Les nuisances

Des voitures couvertes de fientes, et des oiseaux qui font du bruit toute la nuit, les habitants de la rue de la Blette sont exaspérés. Des milliers d'étourneaux ont pris place dans les grands arbres qui entourent l'aire de jeux entre les immeubles, et cela, depuis le mois d'octobre. Le phénomène s'est accentué ces trois dernières semaines, et ces petits oiseaux noirs ou gris, pesant moins de 100 grammes, mettent à bout de nerfs les riverains.

"Beaucoup de bruit, beaucoup de saleté, on n’arrive pas à dormir. Ça pue ! C’est horrible ! C’est devenu insupportable"

Cyndie, habitante du quartier

"Le soir, entre 17h et 18h30 heures, c'est un ciel noir, ils sont des milliers. Ça fait trois mois que c’est invivable", nous explique une jeune femme à la sortie de sa résidence.

Pas de solution miracle

Attirés par la chaleur des villes et le manque de prédateurs, les étourneaux ont moins froid l’hiver en milieu urbain et périurbain.

Pour les chasser, la ville de Maxéville envisage plusieurs solutions et a contacté un fauconnier.

"On a rendez-vous avec un spécialiste, il va faire venir différentes espèces de rapaces. Mais des tirs d'effarouchement ne sont pas envisagés, car les habitations sont très proches. On a effectué un nettoyage complet la semaine dernière, on est revenu quatre jours après, et c’était complètement reblanchir par les déjections", précise Thomas Perrin, responsable environnement et cadre de vie à la mairie de Maxéville.

"Ça ne va pas durer"

Les étourneaux sont une espèce qui n'est pas protégée. Ils peuvent parfois être classés comme nuisibles par endroits, mais ce n'est pas le cas dans le canton de Nancy. Cette situation, à Maxéville, est provisoire selon Jean-Yves Moitrot, président de la Ligue de protection des oiseaux de Meurthe-et-Moselle.

" Les étourneaux se déplacent en collectif assez dense. C'est ce qu’on appelle des "murmurations", comme une bande de poisson. Là, ça ne va pas durer ! Ce sont des dortoirs qui vont se dissiper avec la période de nidification. Ils vont chercher des cavités en forêt pour se reproduire. Le cri est moins insupportable que les corbeaux. L’étourneau est un imitateur, c’est un gazouillis qui imite le cri d’autres espèces, mais rassurez-vous, ce ne sont pas des oiseaux qui vont nicher sur place. Ils vont partir", ajoute le spécialiste.

Les étourneaux peuvent rester encore un mois sur place avant de s'envoler pour nicher.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité