Rembobinons: heure d'été, heure d'hiver, le coeur ne balance guère

Réglage d'une horloge électrique à Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 1981 (Archive France 3 Lorraine - INA) / © France 3 Lorraine / INA
Réglage d'une horloge électrique à Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 1981 (Archive France 3 Lorraine - INA) / © France 3 Lorraine / INA

59% des Français plébiscitent l'heure d'été, pour profiter de soirées lumineuses. Si l'on se plonge, comme nos documentalistes, dans nos archives conservées par l'INA, force est de constater que ce choix ne date pas d'aujourd'hui. Séquence souvenir avant de régler votre horloge ce dimanche 31 mars.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

N'oubliez pas, depuis cette nuit du dimanche 31 mars 2019, il faut avancer d'une heure votre réveil s'il ne fait pas tout seul l'opération! A deux heures du matin, il était déjà trois heures.

S'ils devaient choisir, 59% des Français qui se sont exprimées à l'occasion de la consultation citoyenne sur la fin du changement d'heure, préfèreraient en rester à l'heure d'été. Figurez-vous que dans les années 70, c'était déjà le choix des Lorrains que nos caméras interrogeaient pour l'édition du journal régional! Et pourtant l'heure la plus proche biologiquement du soleil est bien l'heure d'hiver...

Que l'on soit en 2019 ou 1971, l'heure d'été est synonyme de temps libre en plein air après le travail. Par exemple pour "bricoler dans mon jardin", explique ce quadragénaire rencontré en 1977. "Et puis c'est plus en accord avec le lever du soleil", complète cette jeune femme, elle aussi en 1977.
Le propos est le même en 2019: "l'hiver c'est déprimant, le soleil se couche à 15h30, 16h00" ou encore " on part le matin, il fait nuit, on rentre le soir, il fait nuit, on ne voit pas le jour!" Et sur une question aussi technique, heure d'hiver ou heure d'été, l'on peut même poser un regard poétique. Comme le fait cette femme, sourire aux lèvres, rencontrée en 1977: "je trouve cela merveilleux de s'endormir le soir avec la tombée du jour. On est dans son lit, on regarde par la fenêtre, on voit le jour tomber, c'est délicieux."

Multiples mises à l'heure

Mais s'il est des professions qui auraient sans nul doute porté un intérêt direct à la question d'arrêter le changement d'heure, ce sont bien celles des horlogers et des techniciens municipaux. Imaginez qu'à Nancy, en 1981, il y a avait jusqu'à 45 horloges publiques à mettre à l'heure dans la même journée. Et ajouter à cela 250 à 300 horloges supplémentaires, celles des écoles. Mais là, fort heureusement, l'opération se déroulait sur plusieurs jours.

Seule certitude en cette année 2019, la fin du changement d'heure se profile bel et bien. Convaincus par les chiffres montrant une économie d'énergie très réduite liée à ce changement d'heure et ajoutant dans la balance les "désordres biologiques" pour les animaux comme pour les hommes, le Parlement européen vient de voter la fin du changement d'heure pour 2021.

Sans pour autant, comme le chantait après-guerre Berthe Silva, "arrêter les aiguiiiiiillllleeeees" de nos "existences éphémères".

Sur le même sujet

Les + Lus