Cet article date de plus de 4 ans

Tribunal de Nancy : la misère de la justice

Rien ne va plus au tribunal de Nancy : maladie, départs, mutations. 22% des postes ne sont pas pourvus.  
Dans un rapport révélé le 27 mars 2017, les chefs de juridiction et le directeur du greffe craignent "la survenance d’un risque psycho-social lié à la surcharge d’activité."
Les audiences se succèdent au tribunal de grande instance de Nancy, et les retards s'accumulent. Près de 9 mois d'attente, juste pour les audiences... Un an, voir deux, pour obtenir un jugement.

Et dans un récent rapport, adressé à leur hiérarchie et dont nous avons eu vent du contenu lundi 27 mars 2017, les chefs de juridiction et le directeur du greffe mettent en garde contre

la survenance d’un risque psycho-social majeur lié à la surcharge d’activité et au manque de reconnaissance des personnels.

Arrêts maladie en hausse

Selon Frédéric Ferry, le bâtonnier de l'ordre des avocats de Nancy, "nous sommes dans un tribunal de grande instance et on donne un délai d'au minimum 9 mois pour une audience ce qui reste considérable."

On tire sur la machine et le personnel ce qui aboutit un grand nombre d'arrêt de maladie.

"Les magistrats sont de bonne volonté" explique Fabienne Nicolas du syndicat de la magistrature, "mais nous ne savons plus quelles sont les priorités à mettre en place. Quel sont les domaines à mettre en avant ".

Tomas Pison le procureur de la République rappelait  il y a quelques semaines que le budget du tribunal était en baisse de 40%.

Souvent montré du doigt, le tribunal de Nancy ne fait pourtant pas figure d’exception en France.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société économie politique