Zero G : ces élèves ont décroché leur ticket pour un vol en apesanteur avec le CNES

Des élèves de la section aéronautique du lycée polyvalent Jean Zay à Jarny en Meurthe-et-Moselle ont décroché leur ticket pour un vol parabolique avec le CNES, au printemps 2024. Ils vont pouvoir tester la vie en apesanteur et réaliser des expériences à bord de l’avion.

C’est une aventure exceptionnelle que vivent les élèves du lycée polyvalent Jean Zay à Jarny en Meurthe-et-Moselle et avec eux leurs enseignants et la direction de l’établissement. Ils ont été retenus pour vivre un vol parabolique, Zéro-G avec le Centre national d'études spatiales (CNES) et Novespace au printemps 2024. Deux élèves de BTS aéronautique et sept en classe de terminale participent au projet.

Depuis plusieurs mois, Célia, Timothée, Titouan, Amaury, Élodie, Milha, Ethan, Hamza et Joris travaillent tous les mercredis à la préparation des expériences scientifiques, que deux d’entre eux auront à réaliser pendant le vol. "Il y a huit expériences ", nous explique Mohamed Hadj’Hamou, le professeur de mathématiques et de sciences physiques à l’origine du projet. "L’objectif est d’éprouver les lois fondamentales de la physique en apesanteur et de vérifier si cette dernière exerce une influence sur elle".

Le 19 décembre, ils recevront dans l’établissement des membres du CNES pour une conférence. Ils ont bon espoir qu’un spationaute se joigne à la journée.

Let's go to Mars !

Les élèves sont très motivés. "On a pu observer une différence évidente de comportement sur les ateliers scientifiques. Leur motivation a été décuplée. On a même repéré des forts potentiels scientifiques", explique l’enseignant. Pour lui, l’objectif pédagogique est la priorité. Mais il est conscient que d’autres compétences se révèlent. Pour décrocher ce vol parabolique, les élèves et les enseignants ont présenté un dossier très documenté, intitulé "Mission Jean Zay, Let’s go to Mars"

Pour les huit expériences, l’équipe enseignante et les élèves ont choisi par exemple de se pencher sur le confort d’un habitat sur Mars avec le forage du régolithe martien.

Ils cherchent aussi à savoir comment déterminer la vitesse d’un drone de surveillance sur Mars dans le cadre de la mission "se déplacer à la surface de Mars".

Comprendre la gravité 

Pour le professeur qu’il est, ce projet était une façon de passer de la théorie à la pratique. "On peut toujours modéliser les choses, mais on est toujours coincé quand il s’agit d’expérimenter la pesanteur. On ne peut pas s’en extraire pour l’observer. L’intérêt est pédagogique. Il s’agit d’aller chercher des mesures pour mettre en évidence expérimentalement l’influence de "G", donc de la gravité sur les lois fondamentales de la physique."

Avant d’être enseignant, Mohamed Hadj’Hamou faisait de la recherche. Il a conservé, chevillé au corps, l'envie et l'enthousiasme du chercheur. "Mon expérience de la recherche, je la partage avec mes élèves. J'essaie de les initier un peu. Pour moi, c’est un plaisir." C’est pour cette raison, que pendant les ateliers, les élèves peuvent expérimenter et proposer leur vision des choses.

Pour la campagne de vols paraboliques 2024 du CNES, les élèves devront être prêts pour leurs expériences et pour le vol.Pour cela direction Bordeaux en mars 2024. Ils devront continuer à travailler après le vol pour remettre pour la fin de l’année scolaire leur rapport et une séquence pédagogique sur l’une des expériences.

Pour suivre l’aventure et leurs travaux, il existe un site internet missionsjeanZay. Ils y détaillent leurs missions. Et ils y publieront les avancées de leurs travaux scientifiques.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité