Meuse : près de Bure, une marche des antinucléaires contre le projet d'enfouissement

Contre le projet Cigeo d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure, près 300 militants et citoyens ont marché entre Horville-en-Ornois et Gondrecourt (Meuse), samedi 21 août.
Près de 300 personnes ont manifesté samedi 21 août 2021 contre le nucléaire et le projet d'enfouissement de déchets de Bure (Meuse).
Près de 300 personnes ont manifesté samedi 21 août 2021 contre le nucléaire et le projet d'enfouissement de déchets de Bure (Meuse). © Jean-François Didier. France Télévisions.

Près de 300 personnes vêtues de tenues de protection blanches et de masques jaunes et noirs. La marche des antinucléaires a débuté peu avant 11h ce samedi 21 août 2021, près de Bure (Meuse) et du projet de site d'enfouissement de déchets nucléaires de Cigeo.

Ils sont partis de Horville-en-Ornois, direction Gondrecourt-le-Château, dans une ambiance bon enfant. Au rythme de slogans chantés, les manifestants avancent sur quelques pas de danse. "Résistance et sabotage, l'Andra... dégage !" En tête de cortège, le message est clair : "Déter[miné] et solidaire contre l'Etat nucléaire" peut-on lire sur une large banderole.

Une partie du cortège a suivi le trajet qui serait emprunté par la voie ferrée. C'est par là que devront arriver les convois de déchets radioactifs. "C'était une manière de rendre plus visible ce trajet", explique Charlotte, une militante. A Gondrecourt-le-Château, le dépôt de l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) a été tagué et orné de quelques slogans antinucléaires.

La manifestation se tient à un moment clef. "L'objectif est de remobiliser la lutte contre Cigeo, les mois qui viennent sont cruciaux", résume Charlotte. La demande de déclaration d'utilité publique (DUP) du projet Cigeo, faite auprès des élus, fait l'objet d'une enquête publique. "Si la DUP est acceptée, les travaux pourraient commencer prochainement".

Les manifestants s'opposent à la déclaration d'utilité publique du projet Cigeo.
Les manifestants s'opposent à la déclaration d'utilité publique du projet Cigeo. © Jean-François Didier. France Télévisions.

Un camp et des ateliers

Non loin de là, à l'ancienne gare de Luméville-en-Ornois, se tient les Rayonnantes, un camp consacré à la lutte antinucléaire. Du 16 au 26 août, le collectif organise de nombreux ateliers sur ce terrain privé, acheté par des anti-Cigeo, sur lequel l'Andra veut faire passer une voie ferrée permettant d'acheminer les déchets nucléaires vers le projet de site d'enfouissement.

"Le programme du camp est pensé pour apprendre les uns des autres. Nous parlerons d’écologie décoloniale, d'énergies, de validisme, de luttes queer et féministes ! Il est également prévu une série d'ateliers, de chantiers et de moments particuliers sur l'accaparement des terres par le nucléaire et les luttes paysannes", explique le communiqué des Rayonnantes.

Avec ces actions, le collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs entend montrer que la mobilisation contre le projet Cigeo ne faiblit pas.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cigeo environnement nucléaire vie associative société politique