Verdun : la passion des "reconstitueurs"

A Verdun ce vendredi 27 mai 2016, dans le cadre du centenaire de la Bataille, un bivouac géant a été monté pour 3 jours par 900 reconstitueurs venus de 11 pays. Ils y revivent comme à l'arrière du front en 1916 !

"Verdun, c'est une bataille tellement atroce, sanglante, que même à mille kilomètres son nom veut dire quelque chose."


Habillé en soldat allemand, Radek Patc est venu à Verdun depuis la Pologne participer au défilé des "reconstitueurs", à l'occasion du centenaire de la Bataille de Verdun ce week-end des 28 et 29 mai 2016.

"Nos familles se sont battues sous les couleurs allemandes, parce qu'à l'époque la Pologne n'existait pas", raconte ce trentenaire à la barbe fournie. "Alors on est aussi ici pour raconter leur histoire."

Un peu plus haut, sous le monument aux morts de la ville devenue capitale mondiale de la paix où sont attendus ce dimanche François Hollande et Angela Merkel, Guillaume Couturier, 30 ans, et Guillaume Decaux, 25 ans, font une pause, juchés en tenue de poilu sur des vélos d'époque.
Tous deux passent leurs week-ends à fouiller les brocantes et les foires pour trouver le petit objet qui rendra le costume parfait - qu'ils participent à une reconstitution époque Louis XV ou aux commémorations de Verdun.
Le plus jeune, venu tout spécialement de Normandie, sort triomphalement une boite de cirage de sa musette - d'époque. Jaune, à l'effigie du poilu, elle aussi date de 1914 et est très rare, raconte-t-il.

Les costumes, eux, ont été faits sur mesure. "On est beaucoup beaucoup trop grands pour les tenues d'époque", raconte le trentenaire, employé en grande surface dans le Gers, qui dépasse en effet allègrement le mètre 90.
C'est une couturière professionnelle qui lui a fait sa veste - spécialement pour cette reconstitution, car il voulait changer de l'autre veste de poilu qu'il porte d'habitude. "Nous, on coud les petites choses, les boutons. Un peu comme les poilus, en fait !"
Habitués des manifestations en costumes, ils reconnaissent que celle-ci est "unique" : "on se devait d'y assister."

Derrière eux, deux femmes en tenues d'infirmière, musettes en bandoulières, sont également émues d'être là. Le grand-père de Muguette a fait la guerre, aux Eparges.
"C'est hyper important de montrer ça aux jeunes, parce que quand même, des hommes ont perdu la vie. Il fallait y aller, dans les tranchées !", explique Claudine.

Comme eux, ils sont près d'un milliers à être venus pendant 3 jours, de 11 pays, pour revivre comme à l'arrière du front en 1916.

Le reportage d'Adrien Gavazzi et Guy Souter :
Les costumes sont reproduits fidèlement, les armes sont d'époque. Ils font revivre ce week-end la bataille de Verdun. ©France 3 Lorraine

 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité