L’usage de la voiture en recul de 9% dans l’agglomération strasbourgeoise

Une étude financée par l’Etat, la Région et l’Eurométropole, analyse l’évolution de notre mobilité depuis dix ans dans le Bas-Rhin. Ses conclusions ont été rendues public ce vendredi 20 septembre. Résultat : si les déplacements augmentent, l’usage de la voiture diminue.
 
Feu vert pour les transports doux. Voilà comment résumer les conclusions de "l’enquête mobilité" réalisée début 2019 dans le Bas-Rhin. En 10 ans, l’usage de la voiture a baissé dans le département. Rien qu’au sein de l’Eurométropole, elle enregistre un recul de 9% sur la totalité des déplacements observés au profit de la marche et du vélo qui enregistrent entre 3 et 4% de hausse. Les transports en commun ne sont pas en reste, puisque les abonnements y ont également bondi d’un peu plus de 10% depuis 2009.

"C’est le fruit de politiques publiques qui prennent davantage en compte la notion de proximité qui guide nos déplacements d’aujourd’hui" analyse Timothé Kolmer de l’Agence de développement et d’urbanisme de l’agglomération strasbourgeoise (ADEUS).

Nouveaux schémas d’aménagements urbains, réaménagement des tracés des réseaux de transport, mais aussi politiques publiques plus contraignantes, en témoigne la récente décision de Strasbourg d’interdire les véhicules diesels et certains véhicules essence à l’horizon 2025, autant d’incitations à bannir progressivement la voiture.
 
"Il reste, malgré tout, des efforts à faire et points d'amélioration" concède Timothé Kolmer.

Pour le spécialiste, le bât blesse sur les déplacements plus longs, au-delà de 5 km, pour lesquels la voiture reste encore majoritairement utilisée. Si la part du vélo s’établit à 7% des trajets de moins d’1 km, elle tombe à 3% pour ceux compris entre 5 et 10 km. À contrario, la part de la voiture croît de 26 à 79% sur le même nombre de kilomètres. "Il faudrait améliorer les politiques d’alternative à la voiture sur les longues distances" affirme-t-il encore.
   

Enquête Mobilité 2019 by Aymeric Robert on Scribd


Des façons de se mouvoir qui évoluent alors que dans le même temps, le nombre de déplacements journaliers est en augmentation. 4 million 350.000 dénombrés dans le Bas-Rhin, c’est 400.000 de plus qu’en 2009. Un chiffre qui s’explique notamment par l’augmentation des mobilités individuelles. Et histoire d’avoir encore plus le tournis,  les bas-rhinois parcourent l’équivalent de 450 fois le tour de la Terre quotidiennement. Soit + de 18 millions de kilomètres. Un chiffre relativement stable depuis 10 ans.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mobilité économie transports écologie environnement société