Cet article date de plus de 7 ans

Election d'un maire FN : Arlon veut suspendre les relations officielles avec Hayange

Arlon (Belgique) a annoncé lundi 31 mars 2014 qu'elle suspendait ses relations officielles avec Hayange avec laquelle elle est jumelée après l'élection du maire FN Fabien Engelmann. Depuis Diekirch (Luxembourg) a annoncé faire de même. 
© AFP PHOTO / GEORGES GOBET
A Arlon (sud-est), chef-lieu de la province du Luxembourg belge, le bourgmestre (maire) centriste Vincent Magnus a indiqué qu'il allait "proposer au conseil (municipal) de suspendre les relations officielles avec le maire de Hayange", l'ancien syndicaliste passé au FN Fabien Engelmann.

"On ne partage pas les mêmes valeurs", a expliqué l'élu belge au quotidien L'Avenir, en précisant que la porte "reste ouverte pour les relations associatives" avec la ville de Moselle (nord-est de la France) située à une soixantaine de kilomètres d'Arlon.

"Si un élu FN veut venir à Arlon, il ne sera pas le bienvenu." Vincent Magnus, bourgmestre (maire) centriste de la ville belge.



Depuis, la commune de Dierkirch (Luxembourg) a annoncé vouloir prendre les mêmes dispositions.

"En tant que socialistes, nous considérons qu’il n’est pas possible de dialoguer avec des gens se réclamant d’un parti d’extrême-droite. C’est la raison pour laquelle nous avons d’ores et déjà décidé de rompre toutes les relations que nous entretenons avec la mairie de Hayange." Claude Haagen, bourgmestre de Diekirch.

durée de la vidéo: 01 min 28
Arlon s'interroge sur son jumelage avec Hayange

Ailleurs en France

La commune de Farciennes, dans la région de Charleroi (sud), va également geler ses relations officielles avec Beaucaire, petite ville du sud de la France avec laquelle elle est jumelée depuis plus de 40 ans et qui a élu dimanche à sa tête Julien Sanchez, un jeune cadre du Front national.



Afficher Election d'un maire Front national : rupture des relations entre Arlon et Hayange sur une carte plus grande

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 rassemblement national politique belgique fabien engelmann