Colère des chauffeurs de taxis, Nancy et Metz concernées ce lundi 29 janvier

Des chauffeurs de taxi mènent une opération escargot ce lundi 29 janvier dans plusieurs villes de France. Ils réclament le retrait de la convention, sur le transport sanitaire, entre leur profession et la Cnam.

Alors que le mouvement des agriculteurs se poursuit, les chauffeurs de taxi prévoient, eux aussi, une mobilisation de grande ampleur dans toute la France. Ils sont inquiets de la nouvelle convention entre leur profession et la CNAM (Caisse nationale de l'Assurance maladie) sur le transport sanitaire. Une opération escargot a débuté ce lundi 29 janvier dans plusieurs villes de France, dont Metz et Nancy en Lorraine. 

Metz au ralenti

À Metz, une soixantaine de taxis se sont réunis dès 6 : 30 à l'appel de la FNAT 57 en particulier, avant de mener une opération escargot vers les deux hôpitaux messins, l’hôpital Robert Schuman et l’hôpital Mercy (CHR). Ils doivent rejoindre la CPAM rues des messageries vers 8:00 et à la préfecture à 11:00. Il faut s'attendre à une traversée de Metz au ralenti entre 9:00 et 11:00.

Nancy, 9 : 40, les cortèges démarrent 

À Nancy, L’opération escargot devrait débuter à partir de 9:15 au départ du parc des expositions de Vandœuvre-lès-Nancy et du parking d’Auchan La Sapinière à Laxou. Une centaine de véhicules est attendue selon Sandrine Regnier, présidente du SDAT 54 ( syndicat des artisans taxi)  Les cortèges partiront en direction de la place de la République. "Le but n'est pas de gêner les usagers", nous a-t-elle expliqué. Elle dénonce "une convention sans discussion et sans négociation". 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité