Metz : Controverses autour du projet de réhabilitation des bâtiments Place de la Comédie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Juliette Freysson

Entre accusations de manque de transparence et de conflit d'intérêt, le dossier de réhabilitation des batîments 1, 2 et 3 Place de la Comédie à Metz suscite des controverses. Retour sur cette affaire. 

« Je considère qu’il est important de rendre utile à l’économie générale de la ville un ensemble de prestige actuellement peu utilisé ».

C'est ainsi que le Maire de Metz, Dominique Gros, justifie l'appel à projet de réhabilitation des 2900 m² de surface Place de la Comédie. Actuellement, les bâtiments regroupent des logements de fonction, des bureaux, un restaurant et une locataire. Le potentiel de ce patrimoine municipal est grand : voisin de l'Opéra-théâtre, vue sur la cathédrale St Etienne et possédant un parking, il ne devrait pas avoir de mal à trouver un nouveau propriétaire. 

Les critiques autour de ce projet éclosent, pas tant sur le fond que sur la mise en oeuvre de ce dossier.

Chronologie d'une polémique

  • Mai 2015 : L’agence Metz-Métropole Développement commande un rapport sur le marché hôtelier à un cabinet d’études de stratégie et de développement économique, Pivadis. La conclusion de l’étude est que l’offre d’établissements hôteliers est « numériquement inférieure à la plupart des autres agglomérations comparées ».

  • Août 2015 : L’agence Metz-Métropole Développement demande au même cabinet de réaliser une étude de faisabilité d’un hôtel Place de la Comédie. Des investisseurs sont contactés pour étudier le projet et visiter les locaux. Le chef du restaurant El Théatris est approché par un acquéreur potentiel.

  • Mars 2016 : Les conclusions de l’étude de faisabilité d’un hôtel Place de la Comédie sont que des travaux importants sont à prévoir, à un coût élevé (plus de 3 000 euros le mètre carré estimé). Le projet n’est plus d’actualité. Les investisseurs en sont informés.

  • Mai – novembre 2016 : Le nouvelle directrice générale de Metz-Métropole Développement réexamine le dossier et des études techniques complémentaires sont effectuées par les services de la ville (évaluer les surfaces, les planchers, la charpente….)

  • Janvier – mai 2017 : L’agence Metz Métropole Développement lance un nouvel appel à projet plus ouvert et établit un cahier des charges. Le restaurant El Théatris devra être inclus dans le projet. Publication de l’appel à projet sur le site internet de Metz Métropole Développement et dans les Tablettes Lorraines


  • Juin 2017 : Les médias messins révèlent au grand public le projet de la ville de céder ces trois bâtiments dans un but économique et les zones d’ombre de l’appel d’offres. 

  • 30 juin 2017 : Le Maire de Metz et Président de Metz Métropole Développement, Dominique Gros, organise une conférence de presse pour répondre aux reproches qui lui sont faits.




Le manque de transparence du dossier


Le premier reproche fait au  Maire de Metz est de ne pas avoir tenu au courant le Conseil municipal et les médias locaux de ce projet de vente qui date de plus de deux ans. 

Jérémy Aldrin, conseiller municipal Rassemblement pour Metz (droite et centre) et président de la commission des finances affirme

Nous avons demandé il y a quelques semaines la liste de tous les biens que la ville entendait vendre et ces immeubles qui sont un patrimoine exceptionnels n’y figuraient pas.


Dominique Gros assume ne pas avoir tenu informé les conseillers municipaux de ce dossier encore incertain.  

Je n’ai pas envie de commencer un débat au Conseil municipal alors qu’il n’y a pas de projet (...) On y passera quand l’affaire sera prête.


De plus le maire de Metz justifie le manque de communication auprès des médias par la visée purement économique du dossier. 
Les gens dans le monde des affaires sont familiers de ces sites (comme Metz Métropole Développement). C’est comme cela qu’on procède (...) Il s’agit d’un projet économique adressé à des investisseurs.

N'étant lui-même pas familier des canaux d'informations pûrement économiques (comme les Tablettes Lorraines) utilisés par les entrepreneurs, Dominique Gros concède : 

Je vous accorde que les annonces légales sont peut-être insuffisantes mais on a quand même eu des réponses d'investisseurs. 



durée de la vidéo: 01 min 34
Vente patrimoine messin / Partie 1 ©France 3 Lorraine



 

Un possible conflit d'intérêt ?  


En plus du manque de transaprence du dossier, Emmanuel Lebeau, conseiller municipal de l'opposition,  reproche à Dominique Gros "un mélange des genres vraiment de très mauvais goût"

Le maire de Metz et président de Metz Métropole Développement est actionnaire de la startup Ellipsys Mosaïc dans laquelle travaille son fils, Théophile Gros, tout comme André Heintz, patron du groupe éponyme et candidat au rachat des batîments de la Place de la Comédie.  
 


Acteur de la vie économique messine, André Heintz est également membre du cercle Charlemagne et un ami personnel de Théophile Gros. Le maire de Metz assume d'évoluer dans un environnement proche d'André Heintz. Toutefois il réfute l'existence d'un "conflit d'intérêt"

Je ne suis pas en conflit d’intérêt. J’apporte une aide à mon fils. Je ne vais pas trier les autres actionnaires.

Autre actionnaire de l'entreprise Ellipsys Mosaïc qui pourrait embarrasser le Maire de Metz : Malik Belhamici, président de Facilities Management Service Investment (FMSI) et d'URM, gestionnaire réseaux et de distribution d'électricité de la région messine qui se trouve être la filiale d’UEM, le producteur d’énergie détenu majoritairement par la Ville de Metz. 

Qui peut dire que j’ai avantagé quelqu’un depuis que je suis maire ? (…) Ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer une carrière de gangster.

Irrité, Dominique Gros se défend d'avoir favorisé ou défavorisé quelqu'un au cours de son mandat. Il rappelle que depuis qu'il a été élu maire en 2008, André Heintz n'a remporté aucun projet d'urbanisme à Metz (son dernier ouvrage à Metz daterait d'août 2008, soit sept mois après l'élection de Dominique Gros et bien avant leur co-actionnariat).

Qu'un cercle assez restreint de décideurs politiques et économiques locaux soient en contact n'est pas nouveau mais le contexte politique actuel  dénommé fréquemment "l'Ere des soupçons" interroge l'entre-soi des politiques et entrepreneurs.  

 

durée de la vidéo: 01 min 43
Vente Patrimoine messin / Partie 2 ©France 3 Lorraine


Pour l'heure, Metz Métropole Développement a reçu une douzaine de projets qui seront examinés dès cet été par diverses commissions (l'Architecte des Bâtiments de France, un comité technique de la Ville, France Domaine, la Commission de cession du patrimoine du Conseil municipal, ...) pour garantir la neutralité du verdict final

La commission des finances a voté en faveur de la suspension de l'appel à projet mais Dominique Gros n'a pas l'intention de suivre cet avis. Le président de la commission des finances, Jérémy Aldrin, lui pose un ultimatum au Maire de Metz : si le projet de vente est maintenu, il démissionnera.

 

durée de la vidéo: 00 min 46
Jérémy Aldrin, le président de la commission des finances adresse un ultimatum au Maire de Metz ©France 3 Lorraine