Metz : réinsertion de détenus par le tennis

L'ancien joueur international Julien Boutter invite les détenus du Centre des peines aménagées de Metz à une partie de tennis sur les courts de Marly. L'idée portée par ce projet : faire du sport un vecteur de réinsertion. 

Après avoir partagé à de nombreuses reprises son témoignage dans le milieu carcéral, l'ancien joueur de tennis 46ème mondial Julien Boutter a eu l'idée d'inviter des détenus à partager un moment sportif sur les courts. Ce qu'il cherche à travers ces rencontres sportives : un échange énergique.  

Je transpire, ils me mettent à l'épreuve. Ce sont des moments de partage très intéressants que ce soit pour eux comme pour moi. 

Impressionnés, les détenus du Centre des peines aménagées de Metz apprécient de recevoir les conseils d'un joueur professionnel


Alexiane Gloriod, conseillère pénitentière d'insertion et de probation au Centre des peines aménagées de Metz explique les bénéfices de cette initiation au tennis sur la vie des détenus
Ça leur permet d'acquérir des valeurs comme l'hygiène de vie, l'apprentissage de règles, le travail en collectif, la poursuite de l'effort individuel. Ce sont autant de valeurs qu'ils peuvent mettre en place dans leur vie tous les jours pour leur réinsertion sociale et professionnelle

Ce partenariat entre le Centre des peines aménagées et Julien Boutter, également directeur du Moselle Open ne s'arrête pas à la pratique sportive. Des détenus vont pouvoir effectuer leurs travaux d'intérêt général lors du Moselle Open 2017 et les plus méritants pourront voir des matches et visiter le site

L'ancien joueur de tennis, Julien Boutter, initie les détenus du centre pour peines amenagées de Metz au tennis. ©France 3 Lorraine

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité