Moselle : on vous dit tout sur Jonathan Fournel, devenu l'un des meilleurs pianistes du monde

Originaire de Sarrebourg, Jonathan Fournel a remporté le prestigieux Concours musical international reine Elisabeth le 29 mai 2021 à Bruxelles. Le premier Français depuis 30 ans. Avec ce prix, il rejoint le cercle des plus grands musiciens du monde. Nous l'avons rencontré (par téléphone).
Jonathan Fournel applaudi lors de sa victoire au Concours Reine Elisabeth
Jonathan Fournel applaudi lors de sa victoire au Concours Reine Elisabeth © NICOLAS MAETERLINCK/MaxPPP

Le site web du prix Elisabeth affiche fièrement le nom du gagnant 2021 : Jonathan Fournel, pianiste français de 27 ans, originaire de Sarrebourg en Moselle. "Au début je me disais quelqu’un l’a rajouté là, ce n’est pas possible. On peut juste faire edit et puis on retire", s’étonne encore le jeune homme quand on évoque avec lui cette victoire qui a changé sa vie du jour au lendemain.

Trois semaines après avoir remporté l’une des plus exigeantes compétitions musicales au monde, l’étudiant de la Chapelle musicale Reine Elisabeth de Waterloo (Belgique) semble encore avoir du mal à réaliser son exploit. Il est non seulement le premier Français depuis trente ans à remporter ce prix international mais également l’unique vainqueur à décrocher par la même occasion les deux prix du public (prix du public Musiq3 par la radio wallonne RTBF et prix du public flamand de la VRT).

Jonathan Fournel continue pourtant d’évoquer, avec admiration, "toutes ces grandes personnalités, ces grands pianistes" et les "candidats russes extrêmement forts", contre lesquels il a concouru durant tout le mois de mai. "C’est impressionnant, même pour moi", avoue le premier lauréat, au sujet de sa victoire. Parmi ses adversaires, son ami et camarade de formation russe, Sergei Redkin, qui est arrivé deuxième, avec une interprétation du Concerto n°3 en ré mineur (opus 30) de Rachmaninov.  

Une préparation longue et éprouvante

Pour le concours, le choix du jeune pianiste s’était porté sur une œuvre moins traditionnelle, le Concerto n°2 en si bémol majeur (opus 83) de Brahms. Une pièce qu’il joue depuis ses quinze ans et qu’il avait déjà interprété une dizaine de fois en tournée avec orchestre.

Changement de ton radical pour l’autre partie de la finale, puisque celle-ci exigeait de présenter l’œuvre contemporaine D’un jardin féérique de Bruno Mantovani, composée spécialement pour le concours, après seulement une semaine de travail. La tâche s’est révélée particulièrement ardue pour celui qui dit aimer "prendre le temps de comprendre les notes, comprendre comment la musique fonctionne, laisser la musique se reposer et murir d’elle-même".

Bruno Mantovani D'un jardin féérique | Jonathan Fournel - Queen Elisabeth Competition 2021 ©Queen Elisabeth Competition 2021

De multiples projets

Les prochains mois s’annoncent chargés pour ce musicien professionnel, désormais reconnu comme l'un des meilleurs pianistes du monde. Débordé depuis son prix par les appels d’agents, de labels et les demandes de concerts, l’agenda de Jonathan Fournel s’est bien rempli pour la fin 2021. Ce succès ouvre les portes des salles les plus renommées et lui donne aussi l’opportunité de s’accomplir en tant que pianiste professionnel.

La reine Paola de Belgique et Jonathan Fournel lors d'une visite royale à l'un de ses concerts à la Chapelle musicale Reine Elisabeth de Waterloo, le 24 juin 2021
La reine Paola de Belgique et Jonathan Fournel lors d'une visite royale à l'un de ses concerts à la Chapelle musicale Reine Elisabeth de Waterloo, le 24 juin 2021 © Crédit : HATIM KAGHAT/MaxPPP

Le diplômé du Conservatoire National Supérieur de Paris évoque avec impatience les tournées prévues dans le monde entier : la Roque d’Anthéron pour cet été, un concert en Bulgarie, une tournée au Brésil et une en Corée du Sud, le Canada au mois de novembre et des propositions du Concertgebouw d’Amsterdam. Le 3 juillet, il jouait également à Rives-en-Seine pour la Fondation Goéland, qui le soutient depuis toujours.

Participer à de nouveaux concours ? Sa réponse fuse : "Ah non, non, c’est trop horrible ! Pourquoi toujours chercher à comparer quelle est la meilleure version ?" Il a beaucoup hésité à participer aux compétitions internationales, il avait d’ailleurs été reçu aux réputés Concours Chopin de New York et Concours International de piano de Sydney avant de se décider pour le Prix Reine Elisabeth, poussé par son institut d’études musicales. "Coup de chance, j’ai été reçu aux trois", s’amuse-il humblement. Cette victoire au concours belge lui sert de "bonne excuse" pour éviter d’avoir à subir de nouveau la pression colossale des compétitions internationales.

Le plus difficile pour lui sera maintenant de choisir. Ces six prochains mois, son emploi du temps ressemble plus à celui d’un ministre que d’un pianiste et les projets d’enregistrement restent encore flous. Pour l’instant, Jonathan Fournel rêve de tournées qui ne s’arrêteraient jamais, très heureux de retrouver son public, contaminé uniquement par son amour pour la musique.

La Fondation Goéland

Cette association est créée en 2014 par Marc Guyot . Elle accompagne financièrement des enfants atteints de maladie génétique ou des jeunes issus de milieux défavorisés. Jonathan Fournel a été le premier à bénéficier de l'aide de Marc Guyot pour se loger lors de son arrivée à Paris en 2011 pour ses études. Il est aujourd'hui ambassadeur de la Fondation Goéland. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musique