• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Parc Animalier de Sainte-Croix: bonjour les bébés coyotes et au-revoir les bisons

Six bébés coyotes sont désormais identifiables grâce à une puce, au Parc Animalier de Sainte-Croix, en Moselle. / © Morgane Bricard/Parc Animalier de Sainte-Croix
Six bébés coyotes sont désormais identifiables grâce à une puce, au Parc Animalier de Sainte-Croix, en Moselle. / © Morgane Bricard/Parc Animalier de Sainte-Croix

Au Parc Animalier de Sainte-Croix, à Rhodes en Moselle, l'équipe animalière est sur tous les fronts. Les bébés coyotes, nés dernièrement, ont passé leur première visite médicale ce jeudi 16 mai et deux bisons d'Europe ont pris la direction de leur milieu naturel, en Azerbaïdjan. 

Par Pierre Thillot

Comment ne pas craquer face à ces petites boules de poils ? Ce jeudi 16 mai 2019,  six bébés coyotes (sur huit), nés le 17 avril dernier au Parc Animalier de Ste Croix, ont eu droit à leur première visite médicale. Si leurs parents se sont enfuis lorsque les vétérinaires sont venus chercher leur progéniture, les petits, eux, n’ont pas moufté.
"On vérifie qu’ils n’ont pas d’anomalies. On les pèse et ensuite on les identifie" explique Jennifer Lahoreau, vétérinaire du Parc Animalier de Sainte-Croix. A cet effet, une puce a été implantée sous la peau des petits. Si leur pelage ne les différencie pas, les six bébés coyotes (une première en France) sont désormais facilement reconnaissables grâce à ce grain de riz numérique.

Les petits et leurs parents seront visibles au public dès la fin du mois.

Les bisons disent au-revoir au Parc de Ste Croix

Si des animaux naissent, d’autres partent. Les bébés coyotes ne pourront jamais rencontrer les bisons d’Europe : Wufeliah et Crystalle. Les deux bovins s’envolent vers l’Azerbaïdjan, pour être réintroduit dans leur milieu naturel.

Pour ce voyage, ils ne seront pas seuls. D’autres bisons, venant des zoos de la Sarthe, des Yvelines ou encore de la Belgique leur tiendront compagnie.  
La réintroduction se fera en plusieurs étapes. Tout d’abord, les bovidés seront regroupés dans un enclos, avant de goûter à la semi-liberté pendant quelques semaines dans un parc de 280 hectares et enfin de brouter l’herbe en totale liberté dans leur milieu naturel.

Notre équipe a suivi la visite médicale des bébés coyotes. 

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer