Mulhouse : une bande organisée démantelée suite à une centaine de vols à la tire

Jeudi 22 avril 2021, le parquet de Mulhouse a annoncé la mise en examen de 12 personnes d’origine bosniaque pour vols en bande organisée, recel et association de malfaiteurs. Elles sont soupçonnées d’avoir commis une centaine de vols à la tire sur le territoire depuis novembre.

12 personnes d’origine bosniaque ont été présenté à un juge d'instruction du parquet de Mulhouse, soupçonnées de vols à la tire.
12 personnes d’origine bosniaque ont été présenté à un juge d'instruction du parquet de Mulhouse, soupçonnées de vols à la tire. © Jean-François FREY/France Télévisions

C’est une enquête qualifiée de "haute couture" par le parquet de Mulhouse. Jeudi 22 avril 2021, 12 personnes, dont 11 jeunes femmes d’origine bosniaque, ont été mises en examen pour vols en bande organisée, recel et association de malfaiteurs. Elles sont soupçonnées d’avoir commis entre 100 et 150 vos à la tire dans la cité du Bollwerk depuis novembre dernier.

Un coup de filet d’envergure

La bande organisée sévissait à la gare, mais aussi aux abords des arrêts de tram et des arrêts de bus. Décrites comme "expérimentées", "n’hésitant pas à commettre les vols avec des tenues de rechange pour ne pas être reconnues", certaines de ses membres avaient déjà été arrêtées "des dizaines de fois" en Allemagne ou encore en Espagne, a précisé Edwige Roux-Morizot,  procureure de Mulhouse.

Confondues "grâce à un travail de surveillance colossal" et aux caméras de vidéosurveillance, lundi 19 avril, au terme de plusieurs mois d’enquête, épaulé par l’office central de lutte contre la délinquance itinérante, le Groupe anticambriolage (GAC) de la sûreté départementale avait arrêté, au total, 18 personnes dans plusieurs villes du Haut-Rhin.

"C’est un travail de haute couture car pour chacune des personnes interpellées on a tous les éléments qui permettent de prouver son implication. On a interpellé et démantelé une petite bande", s’est aussi exprimée Edwige Roux-Morizot.

Un coup de filet important, au cours duquel les policiers ont saisi 60.000 euros de butin en espèce, mais aussi des sacs et des bijoux, la plupart du temps dérobés à des personnes âgées, "ciblées pour leur vulnérabilité".

Les suspectes ont été placées en détention provisoire. Un homme a été, lui, remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société police sécurité