Stocamine, des déchets qui font débat - 1ère et 2ème partie

Stocamine, ou les déchets qui font débat. Depuis la fin des années 1990, plus de 40.000 tonnes de déchets, dont du cyanure, du mercure et de l'arsenic, sont stockées dans l'ancienne mine de potasse Joseph Else, à Wittelsheim. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Au départ espoir de reconversion du site pour les anciens mineurs, le stockage des déchets ultimes est devenu le cheval de bataille du collectif Déstocamine, qui souhaiterait en voir ressortir l'intégralité. Un incendie important en 2002 a entraîné l'arrêt des arrivées de déchets de classe 1 (industriels) et de classe 0 (contenant du mercure, du cyanure, des métaux lourds...). 2000 tonnes de déchets mercuriels, les plus dangereux, sur 44.000, ont déjà été déstockés et envoyés dans une mine de sel similaire en Allemagne.
Fin avril, le ministère de la Transition écologique a demandé une nouvelle expertise sur la faisabilité d'un déstockage total des déchets ultimes venus de toute la France. Les résultats sont attendus d'ici à la fin de l'année. Mais le liquidateur, Alain Rollet, estime qu'un tel déstockage serait trop dangereux.
Pour les habitants de Wittelsheim, "Stocamine" est un sujet gênant. D'autant plus que le passé minier de la commune est encore bien présent, notamment dans les anciennes cités minières.