Cet article date de plus de 3 ans

Le Teknival 2018 fête ses 25 ans dans l'illégalité

Le Teknival qui a débuté vendredi soir dure jusqu'à mardi. A de rares exceptions, il a lieu sans l'accord des autorités ; c'est le cas de ce week-end avec cette "rave" sauvage installée illégalement aux abords de la commune de Marigny dans la Marne.
Des dizaines de sound system, des murs d'enceintes de plusieurs mètres de haut, ont été installés sur une longue bande de bitume entourée de champs, l'ex base aérienne de l'Otan. Devant les enceintes, des centaines de jeunes dansent au son de la techno. D'autres sont assis entre des camions et voitures venus de toutes la France et garés en tout sens.

Revoir notre reportage du dimanche 29 avril :


Mais illégal ne veut pas dire "que c'est n'importe quoi", a déclaré un jeune homme. "Chaque sound system fournit 5-6 bénévoles, pour gérer le parking, les déchets, la sécurité. Au total, on est environ 200 prêts à intervenir en cas de problème." Mais selon lui, il y a "très peu d'incidents".

Alors que le Tekinval se déroule cette année sur une zone écologique classée "Natura 2000", de nombreux sacs-poubelle sont accrochés aux rétroviseurs des voitures : "Le plus souvent on arrive à rendre le site aussi propre qu'on l'a trouvé", vantant l'"esprit d'entraide" et l'"autogestion" du mouvement.

60 pompiers, 250 gendarmes, le Samu et des associations de protection civile sont cependant mobilisés pour assurer la sécurité "sanitaire, publique et routière" autour de l'évènement, a précisé la préfecture de la Marne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société musique teknival culture