Epinal : la société In' Bo voit la vie en Vosges !

Je vois la vie en Vosges. Une marque qui fait rayonner le département. Plusieurs entreprises lui font confiance. Pourquoi et comment cela fonctionne ? Nous sommes allés chez In' Bo une toute jeune société qui travaille le bois de bambou pour fabriquer des lunettes, des skateboards et des vélos.

Antoine est co-gérant de la jeune entreprise vosgienne In' Bo qui fabrique des skateboards, des vélos, des lunettes en bois de bambou.
Antoine est co-gérant de la jeune entreprise vosgienne In' Bo qui fabrique des skateboards, des vélos, des lunettes en bois de bambou. © Stiliana Peev, France télévisions

A peine arrivé dans l'atelier des Voivres (Vosges), Antoine prend connaissance des dernières informations sur les nouveaux produits. "Ça avance la commande ? du coup ça marche mieux les gravures j’ai l’impression"... Fabrication manuelle de lunettes en bois, skateboards ou cadres de vélo, à 32 ans, Antoine est l'un des responsables de cette jeune entreprise vosgienne. "Depuis 2013, date de création de l'entreprise, on est parti d’un chiffre d’affaires de zéro et en 2020 on fait plus d’un million d’euros", dit Antoine Cochennec, co-gérant de la société In' Bo. Et en patois vosgien, In' Bo veut dire le bois ! 

In' Bo reste une belle histoire de copains qui connait aujourd'hui un très beau succès. "Aujourd'hui on a vingt salariés. En tout il y’a plus de 800 opticiens qui revendent nos lunettes. C’est une belle notoriété pour la marque"

C’est une campagne qu’on aurait clairement pas pu se payer

Antoine Cochennec, co-gérant de la société In Bo.

 

Leur notoriété est due en partie à leur collaboration avec le label "Je vois la vie en Vosges". Une marque qui travaille pour la promotion du territoire vosgien et de ses acteurs économiques. "La vie en Vosges nous a vraiment mis en avant pendant tout le mois de janvier. Ainsi on était sur tous les panneaux publicitaires, dans tout le département des Vosges". La marque a fêté ses dix ans en 2020.

Ainsi va la vie en Vosges

Campagnes d'affichage, salons ou relations presse. "C’est une campagne qu’on aurait clairement pas pu se payer", ajoute Antoine. Une visibilité nationale et même internationale que la jeune société n'a pas à financer. Comme elle, la Confiserie des Haute-Vosges ou la papeterie Clairefontaine, ont fait confiance à la marque. Et maintenant In' Bo "voit la vie en Vosges ! "

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société économie entreprises social