La pauvreté s'aggrave, "beaucoup de gens passaient jusqu'à présent sous les radars", selon le directeur de la banque alimentaire

durée de la vidéo : 00h01mn48s
Selon une étude de l'INSEE, la pauvreté progresse dans notre pays. Près de 15% de la population française vit sous le seuil de pauvreté. En Lorraine, certaines villes sont plus touchées que d'autres comme Épinal avec 23% d'habitants concernés. ©Jean-Pierre Petitcolas/ FranceTélévisions

Selon une étude de l'INSEE, la pauvreté progresse dans notre pays. Près de 15% de la population française vit sous le seuil de pauvreté. En Lorraine, certaines villes sont plus touchées que d'autres comme Épinal avec 23% de pauvres parmi les habitants.

C'est une étude de l'INSEE qui inquiète : la pauvreté progresse dans notre pays, constat étayé par les chiffres. Aujourd'hui, près de 15% de la population française vit sous le seuil de pauvreté établi à 1158 euros. En Lorraine, certaines villes sont plus touchées que d'autres. David Bailly et Jean-Pierre Petitcolas se sont rendus mardi 5 mars 2024 à Épinal (Vosges) où 23% des habitants sont concernés.

Pas besoin d'aller bien loin pour dresser ce triste constat, les bénévoles des Restaurants du cœur d'Épinal voient la situation de l'agglomération spinalienne se dégrader.

D'autres acteurs sociaux confirment cette situation alarmante, une personne sur quatre à Épinal vit sous le seuil de pauvreté, selon une étude de l'INSEE. Jean-Louis Rodier, le directeur de la banque alimentaire des Vosges, confirme : "on n'est pas étonnés. Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui passaient jusqu'à présent sous les radars, qui n'osaient pas demander et qui maintenant, se trouvent coincés. Ils n'ont pas de quoi se nourrir et vont dans les associations pour rechercher des denrées".

Ne pas choisir entre manger et se soigner

Dans le quartier de Bitola, on estime que 80% de la population vit seule : familles monoparentales, personne âgées ou isolées. Patrick Nardin, le maire, explique : "on a 36% de logements sociaux. Donc incontestablement avec les crises au pluriel que nous venons de vivre, notamment ces trois dernières années, on a une partie de la population qui se paupérise".

Pour répondre à cette détresse sociale, la ville propose par exemple une mutuelle communale. Elle négocie des tarifs privilégiés pour les habitants les plus fragiles afin que personne n'ait à choisir entre manger ou se soigner. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité